DJ Missill est décédée à l’âge de 42 ans

DJ-productrice aus­si hybride et éclec­tique que ses activ­ités, d’abord dans le graff d’où elle tire son nom, puis dans la musique élec­tron­ique, l’é­toile DJ Mis­sill s’est éteinte pré­maturé­ment à l’âge de 42 ans. C’est un com­mu­niqué du Fes­ti­val Panora­mas, pub­lié ce mar­di 14 juin, qui nous l’apprend. 

DJ Mis­sill, de son vrai nom Emi­lie Tal­ieu, s’é­tait faite un nom grâce à ses engage­ments écol­o­gistes et fémin­istes. Et surtout grâce à sa musique et ses DJ-sets explosifs au sein de la scène tech­no parisi­enne. C’est aus­si en tant que graf­feuse, graphiste, vidéaste et pro­duc­trice que se démar­que la nou­velle coqueluche de la scène élec­tron­ique parisi­enne. Avançant un style inspiré par ses voy­ages de Stock­holm à Mon­tréal et par la cul­ture nip­pone, plus par­ti­c­ulière­ment les man­gas. Elle finit par don­ner un nom à son style. Ce sera de “l’élec­tro world”, explique-t-elle à Ouest France en 2019, un melting-pot de ses inspirations.

 

À lire également
Le nouveau clip de Breakbot suit le périple d’une mexicaine Kawaii

 

À ce jour, son album Kawaii reste son plus abouti. Ses teintes d’élec­tron­iques cou­plées aux influ­ences musi­cales de la pro­duc­trice ‑reg­gae, dance­hall, hip-hop et rock- demeurent la quin­tes­sence de l’œu­vre de Mis­sill. Une hybrid­ité côté musique que se ressen­tait dans ses mul­ti­ples col­lab­o­ra­tions avec Horace Andy, Vital­ic ou encore Bashung. Désor­mais, c’est au tour des artistes de la scène élec­tron­ique de ren­dre hom­mage à la DJ emportée par un can­cer, notam­ment DJ Pone et N’zeng (Sebastien Blan­chon).

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par DJ PONE (@djpone)

(Vis­ité 21 955 fois)