Avec des si...

Doctor Flake : l’interview “si j’étais”

Cet as du sam­ple bis­touri, sou­vent présen­té comme le DJ Shad­ow français, offre pour­tant la part belle à la gui­tare acous­tique sur son nou­veau disque, SIX. D’ailleurs, on vous en fait gag­n­er quelques exem­plaires, en trois for­mats dif­férents (dig­i­tal, CD ou vinyle). Pour cela, il suf­fit d’en­voy­er un mes­sage à l’adresse [email protected] en pré­cisant en objet de mail “con­cours Doc­tor Flake”. Mais en atten­dant, on a dis­cuté BO, Truf­faut et musique avec l’au­teur de l’i­nou­bli­able Par­adis Dirty­fi­ciels

Si tu étais un 45 tours ? “Wet Dream” de Max Roméo. Lors de mes rares DJ-sets, ce qui m’arrive rarement, j’ai tou­jours quelques clas­siques dans mes bacs, dont ce Max Roméo.

Si tu étais un club ? Un club sand­wich, pas un Dau­nat ou un Sode­bo qui gar­nissent les sta­tions d’autoroute. Un vrai club, bâti dans les règles de l’art : avec un pain moelleux, des légumes frais (mélange de mesclun, tomates ceris­es émincées), des copeaux de parme­san et un poulet froid tranché fin. Le tout arrosé d’un filet d’huile d’olive et quelques gouttes de vinai­gre balsamique.

Si tu étais un sam­ple ? Je serais flat­té que l’on me choi­sisse ! Dans SIX, il n’y a pas de sam­ples orig­in­aux, hormis pour quelques ambiances. Les sam­ples de départ ont tous été revis­ités à la gui­tare acous­tique. À par­tir de là, on a dévelop­pé une matière pre­mière plus flex­i­ble et évo­lu­tive qu’un sam­ple d’une ou deux mesures.

Si tu étais une BO ? J’ai bien aimé les deux saisons de Peaky Blind­ers avec un reg­istre rock et dis­tor­du qui s’accorde très bien avec la réal­i­sa­tion et le mon­tage. On retrou­ve Jack White, The Kills, Nick Cave, PJ Har­vey. La troisième doit arriv­er en mai. Vivement !

Si tu étais un per­son­nage de Vol au-dessus d’un nid de coucou ? Chef. Avoir la capac­ité d’échapper à la règle, c’est la clef ! Tu fais référence à Par­adis Dirty­fi­ciels, que j’enregistrais il y a dix ans. J’espère que SIX aura une aus­si belle vie que lui.

Si tu étais un doc­teur, quelle serait ta spé­cial­ité ? Je sup­porte dif­fi­cile­ment la vue du sang, alors ça élim­ine pas mal de spé­cial­ités… Si mon rôle de doc­teur actuel pou­vait per­dur­er, ce serait idéal. J’aime l’idée de com­pos­er pour accom­pa­g­n­er des tranch­es de vie. Si j’étais obligé de choisir, je ten­terais ma chance en psychiatrie.

Si tu étais un sous-genre ? Le hip-hop abstrait me paraît appro­prié. Il laisse beau­coup plus de place à l’imaginaire que le rap. Il appelle au voy­age, à la flâner­ie, à la con­tem­pla­tion. C’est mon ter­rain de jeu.

Si tu étais un film de Truf­faut ? La femme d’à côté. Vale Poher, avec qui j’ai enreg­istré deux albums, avait écrit “Sil­ver”, en référence au texte de Véronique Sil­ver : “Ni avec toi ni sans toi.” Sur la ver­sion extend­ed, j’ai invité Chris­tine Ott à enreg­istr­er un arrange­ment aux ondes Martenot. J’étais con­tent qu’elle accepte. C’est si beau les ondes Martenot ! (Valentin Allain)

(Vis­ité 226 fois)