Skip to main content
17 décembre 2016

En direct d’Acid Arab au Divan du Monde

par Adam Douieb

On connaissait Acid Arab il y a encore quelques années comme un duo de Dj. Chez Moune (Paris, XVIIIe), ils étonnaient déjà il y a plusieurs années grâce à leurs influences arabisantes. Aujourd’hui, le projet est devenu un groupe de live. Tsugi les a retrouvé à quelques centaines de mètres de leur maison-mère, au Divan du Monde.

A vingt heures trente, le dancefloor est enfin prêt. C’est Rozzma qui s’est assuré de chauffer les murs du Divan du Monde à la normale saisonnière orientale. L’intéressant Cairote, qu’on avait déjà vu à Dour, reste plus appréciable en producteur qu’en MC. Et on comprend vite pourquoi le duo Acid Arab apprécie tant son projet. Egyptien, Rozzma fait partie de cette génération de musiciens orientaux qui ont apprivoisé les sons de la techno et de la drum&bass. Sons d’oud synthétisé sur canapé techno. On a beau être un peu refroidi par un auto-tune omniprésent, il n’y a pas de soucis à se faire pour le futur des clubs underground du Caire.

La salle est enfin pleine quand Acid Arab fait son apparition pour un live d’une petite heure. Après une courte introduction, les trois musiciens nous envoient le célèbre titre « Sarayat », puissant et si représentatif du projet. En dépit de surprises, le show est très bien construit. Les tracks se succèdent en montant en puissance jusqu’à l’entrée sur scène du chanteur algérien Sofiane Saïdi. Les fans du groupe le connaissent bien. C’est sa voix grave et sensuelle qui accompagne le morceau « La Hafla », titre phare de l’album Musiques de France. On a par la suite reconnu « Le Disco », ou encore « Stil », de quoi faire vibrer les velours du Divan.

Il y a de quoi envier le claviériste. Lui, pendant qu’on transpire par chaque pore dans la fosse comme sur les balcons, s’éclate. Petites phrases improvisées au clavier, des coups de vibratos dans tous les sens. Superbe. Electrisé, le Divan danse, sue. La transe n’est pas loin. Dommage que le show ne dure pas plus.

Meilleur moment : les « youyous » très nourris pendant « La Hafla » avec Sofiane Saïdi.

Pire moment : L’auto-tune est assumé chez Rozzma, nous on a toujours du mal…

Visited 16 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply