En direct d’Etienne de Crecy au LC Club de Nantes pour Super Discount

Eti­enne de Cre­cy ter­mine sa tournée Super Dis­count 3 après un nom­bre de dates impres­sion­nant. Du nord au sud, de l’est à l’ouest, il a plus qu’écumé les salles de France et de Navarre. Ven­dre­di, il était au LC Club de Nantes pour six heures de set, le padre de l’électro français était com­plète­ment d’attaque face à un pub­lic déchaîné, peut-être même un peu trop…

Même si notre entrée vers 2h au ves­ti­aire se fait assez rapi­de­ment, aller se chercher un verre au bar relève du défi,  mais pourquoi les bar­mans sont-ils si peu ? Le LC club, c’est le plus grand danc­ing de Nantes, une hau­teur sous pla­fond impres­sion­nante, un fumoir exterieur (alleluia) et beau­coup, beau­coup de monde, pas tou­jours très bien géré et pas tou­jours très ami­cal. On a même ren­con­tré un mec à qui on avait explosé sa bière con­tre un mur, sans rai­son particulière.

Bref pas­sons, Eti­enne de Cre­cy com­mence à envoy­er de sacrés hits tech­nos : “No Brain”, évidem­ment, “Rave” de Sam Pagani­ni ou encore “Cere­bel­lum” de Fan­go. Une très belle manière de chauf­fer la foule avant de jouer les titres de Super Dis­count 3 et son fameux “You” qui ravi­ra toute la salle. Ensuite, sur­prise Mon­sieur de Cre­cy se met à bal­ancer des remix­es de tubes r ‘n b : le mythique “Ready Or Not” des Fugees ou bien le trop oublié “1,2 Step” de Cia­ra et Mis­sy Elliot. Après cet instant nos­tal­gie, il est par­ti dans un délire musi­cal qui nous a un peu per­du. Comme le portable de ce mec qui en a retrou­vé seule­ment la coque. On a donc préféré pren­dre une pause revig­o­rante pour repar­tir sur la piste au doux son d’ “Aca­mar” de Frankey & San­dri­no, un bon­heur retrou­vé jusqu’au petit matin.

Meilleur Moment : Rester danser derrière.
Pire Moment : Essay­er de danser devant.

(Vis­ité 155 fois)