Skip to main content
14 août 2016

En direct du Sziget 2016

par Estelle Morfin

Déjà plus de 48h que l’on squatte le Sziget et que l’on arpente Budapest sous perfusion de Ginger Beer. Le festival reste fidèle à sa réputation et on croule sous l’énormité du lieu et la profusion de programmes proposés. Pour vous immerger au mieux dans ce délire démesuré, voici une retranscription fidèle du journal que l’on a tenu lors de cette première partie de séjour sur l’île de la liberté :

 

Vendredi :

13h : Aéroport. On n’est pas dupe, les passagers de notre Paris-Budapest sont clairement à 50% en partance pour le Sziget. Les plus courageux sont déjà sur le site depuis le mercredi 10 août, mais ça continue d’affluer de toutes parts.

17h30 : Petit vin blanc hongrois sur une terrasse (360bar Budapest) pour se donner du courage, on est prêt à affronter le monstre.

18h : Arrivée sur place. On traverse un pont pour accéder sur l’île. D’ailleurs Sziget (prononcez Ssiguette) signifie « île » en Hongrois. L’ « île de la liberté » comme dit le slogan.

19h : On a déjà perdu la moitié de ses compagnons un peu après l’entrée. Ce n’est pas pour rien que c’est l’un des plus grands festivals d’Europe. 90 000 personnes par jour, nous a-t-on annoncé.

21h : Rapide tour de l’immense site, du mieux qu’on a pu. Il y a des tentes absolument PARTOUT, même pas loin des scènes et l’on se demande comment il est possible de s’assoupir avec un habitat vibrant au son des subs.

22h : Main Stage, tout est gigantesque. Manu Chao est en plein show. On capte plusieurs discussions qui tournent autour du concert de Rihanna au même endroit hier, les avis divergent. Direction la scène Colosseum (techno), construite 100% en palettes, où s’active Nora Matisse, une DJ locale.

23h : Faim, faim, faim. Part de pizza ou pâtes réchauffées ? Le choix est là, les stands nombreux mais si vous êtes amateurs de bonne chère, au régime, végétarien ou pire, intolérant au gluten, laissez tomber. Amenez votre pique-nique.

Minuit-2h  : Souvenirs un peu flous. Saut sur l’OTP Bank A38 Stage (merci pour ce nom pratique). Apparemment c’est bien Boys Noize qui joue EDM. Tristesse infinie.

3h : Retour au Colosseum avec &Me et Sasha. On n’a plus vraiment envie de braver la foule et on préfère finir la soirée ici. Vus : un type déguisé en flamand rose et un enfant de 7 ans au premier rang.

Samedi :

10h : Plutôt 11h. Visite du Castle District à Budapest, juste en face du Parlement sur la colline.

14h : On prend le bateau pour accéder au site ! Vraiment génial. Rien à envier au métro, et ça prend même pas 10 minutes. Et entre les navettes, la route, le métro, on a rarement vu un festival aussi bien desservi et si proche du centre ville.

 15h : Conférence du Presse. Cette année, le festival fait la part belle aux artistes francophones.

17h : Petit tour à la « plage ». Grosse déception, des grilles empêchent l’accès à l’eau. Bon, on peut quand même chiller ou faire une sieste sur toute cette portion de l’île. Cours de gymnastique sous une petite tente. On a loupé la ‘Color Party’, celle où le festival largue sur toute une scène des pigments. Effet visuel garanti. Tous les participants ont maintenant une teinte bizarre, effet un peu crado mais drôle.

19h : Opérette sur la scène ‘Fidélio’, classique et jazz. Le ténor est en survêt’.

19h30 : Sigur Rós sur la Main Stage, un peu mou au début et quelques confusions au niveau des réglages sonores, mais globalement un bon moment.

20 h : Va pour un cornet de frites au stand belge.

21h : La foule impatiente commence à affluer vers la Main Stage. Muse commence dans 30 minutes.

22h : Trop de monde, on part de ce concert « best-of » revival émotions.

Minuit : Des mecs pas très en forme font la queue devant un stand de tatouages « Yakusa ». A notre droite, une Anglaise gémit parce qu’elle vient de se faire percer le téton « and it’s so sore ».

23h : Passage sur la scène Afro-Latino-Reggae pour décompresser. Il y a vraiment de tout pour vous satisfaire.

00h10 : Spectacle de Pole Dance et Gogo Dancing quelque part près de la scène Magic Mirror. Oui, il y a ça aussi. Les âmes se réchauffent, c’est la plus froide édition du Sziget (13 degrés le soir) depuis un moment. Retour en métro à l’hôtel. Le Parlement irradie dans la nuit et projette sur le Danube une lueur dorée.

Dimanche :

En cours…

Bon allez, on vous laisse, ce soir il y a David Guetta et Sum 41 ! Et encore la moitié des activités à découvrir…

 

 

Visited 8 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply