Exclu : dieu africain et chant tribal pour le dernier EP de Joeski

Quand il sort un peu de la tech-house, son style de prédilec­tion, Joes­ki peut être un véri­ta­ble explo­rateur de la house. De dis­ques en dis­ques, le New-Yorkais varie les plaisirs en pro­posant des influ­ences tan­tôt africaines, tan­tôt dis­co, quand il ne se dirige pas vers le dub ou la deep-house. On pense à The Ground­floor et The Sax Attack sur Sies­ta Music, à Lessons In Dub chez Pok­er Flat Record­ings ou même “House The Cas­bah”, son edit des Clash.

Demain, ven­dre­di 10 mars, Joes­ki va encore plus loin en ren­dant hom­mage au dieu africain Obatalá avec Trib­ute EP disponible chez Crosstown Rebels. Pour ren­tr­er cor­recte­ment dans l’é­coute de ce disque il faut tout d’abord con­naître un peu mieux son sujet. Obatalá est un dieu, un orisha en Africain, issu de la mytholo­gie Yoru­ba, il est une divinité créa­trice, il est con­sid­éré comme le père des orishas et de toute l’hu­man­ité. C’est lui qui pro­tège, qui juge et qui défend ses êtres. C’est donc à ce dieu que Joes­ki a décidé de con­sacr­er son dernier EP. “J’ai envie de faire cet hom­mage depuis quelques temps main­tenant. C’est une créa­tion musi­cale que j’of­fre à Obatalá” explique t‑il dans son com­mu­niqué de presse.

Nous vous présen­tons aujour­d’hui en exclu­siv­ité un pre­mier extrait de ce cet EP mys­tique. Un morceau trib­al dans lequel Joes­ki fait jouer pen­dant plus de sept min­utes per­cus­sions et chants africains, kick house, beat tech­no en jouant avec les drops et les montées.

(Vis­ité 541 fois)