Crédit : Philippe Lévy

Exclu : la techno au piano de Fabrizio Rat, produite par Arnaud Rebotini

Les ren­con­tres entre tech­no et musique clas­sique sont de plus en plus nom­breuses, mais celle-ci est sin­gulière. Mem­bre du groupe Cabaret Con­tem­po­rain, l’I­tal­ien instal­lé depuis une bonne dizaine d’an­nées à Paris Fab­rizio Rat a son style bien à lui. Plus qu’une fusion entre les deux styles, il pro­pose une nou­velle manière de jouer de son instru­ment et de pro­duire de la tech­no.

Joueur de piano depuis tout jeune au Con­ser­va­toire de Turin, il cul­tive en par­al­lèle un intérêt pour la musique élec­tron­ique. Mais c’est en arrivant en France que cela se matéri­alise. D’abord avec Cabaret Con­tem­po­rain et désor­mais en solo dans un pro­jet aus­si expéri­men­tal que fasci­nant, que l’artiste décrit en ces mots : “il s’ag­it de pro­jeter le piano, cet instru­ment clas­sique et roman­tique par excel­lence, dans l’u­nivers hyp­no­tique et puis­sant de la tech­no”. Après un pre­mier EP l’an dernier La Machi­na, Fab­rizio Rat se lance dans l’aven­ture d’un pre­mier album, le bien nom­mé The Pianist qui sort le 30 juin sur Black­strobe Records le label d’Arnaud Rebo­ti­ni, co-producteur de l’al­bum. À l’in­star de Jeff Mills et de sa série de EPs The Drum­mer dont cha­cun des titres rendait hom­mage à un grand bat­teur, l’al­bum se nomme The Pianist et est dédié aux pianistes admirés par l’I­tal­ien. Comme le cerveau scindé en deux, sa main droite s’agite sur le clavier de son piano, tan­dis que la gauche s’oc­cupe des machines pour tri­t­ur­er les sons et mix­er le tout. Pour pouss­er plus loin son expéri­men­ta­tion d’un instru­ment qu’il con­naît par coeur, il utilise la tech­nique du “piano pré­paré”. Celle-ci con­siste à insér­er des objets entre les cordes de l’in­stru­ment pour en mod­i­fi­er le son. Instal­lé entre sa fenêtre et une pile de vais­selle, Fab­rizio Rat fait une démon­stra­tion pour un résul­tat audi­tif et visuel sai­sis­sant.

La sec­onde vidéo est le visuel du morceau “Aimard”, présent sur l’al­bum. Tapot­er avec ses doigts sur un coin de table, on le fait tous. Mais quand c’est Fab­rizio Rat ça a une autre gueule. On peut voir sa main droite pian­ot­er sur une table, comme elle le ferait sur un clavier. De quoi se ren­dre d’au­tant plus compte que le piano peut-être un instru­ment de per­cus­sion à part entière. Deux vidéos qui en tout cas nous don­nent bien envie de décou­vrir la suite et de l’ap­préci­er en live.

(Vis­ité 1 278 fois)