Exclu : “Placid Séquences” de Popof, un retour bien énervé sur un label d’Adam Beyer

Il nous l’a dit l’an­née dernière… Après quelques années à explor­er des sonorités bien plus douces, avec notam­ment le très beau maxi Seren­i­ty en 2009, Popof comp­tait bien revenir à la tech­no qui tape un poil le tym­pan.  Aus­sitôt dit, aus­sitôt fait : quelques mois après notre inter­view, voilà qu’il annonçait une date avec son com­père hard­core de tou­jours, Noise­builder, ren­con­tré à la grande époque d’Heretik Sys­tem. Et surtout, Popof est aujour­d’hui de retour avec un EP trois-titres, loin de l’u­nivers tech-house de son album Love Some­body sor­ti il y a trois ans sur Hot Cre­ations. Le petit nou­veau, Enforced, est un déluge de bass­es gran­uleuses, galopantes et par­faites pour un peak-time, n’hési­tant pas à mari­er acid, tech­no et élec­tro. Impres­sion­né par son EP Con­fu­sion sor­ti en début d’an­née sur MOOD Records (hyper­ac­t­if, Popof ?), Adam Bey­er accueille alors Enforced sur True­soul Records, petit frère de son label à tubes tech­no Drum­code. Alexan­dre Paounov de son vrai nom rejoint alors une jolie équipe qui compte dans ses rangs Hot Since 82, La Fleur (der­rière le CD mixé offert avec Tsu­gi 109), Patrick Top­ping, Okain ou Riva Starr.

Bonne nou­velle : alors qu’Enforced ne sort que le 9 avril (pour pré-commander, c’est par là), le piquant “Placid Séquences” s’é­coute déjà sur tsugi.fr !

Côté dates français­es, Popof jouera le 1er avril à l’Aéronef à Lille aux côtés de Meute, le 28 au Dock des Suds à Mar­seille avec entre autres Umek, ou en juil­let aux fes­ti­vals Nuits secrètes (le 7) et Kolorz (le 20). 

(Vis­ité 1 467 fois)