Skip to main content
23 février 2018

Femi Kuti, fils de Fela, sort un onzième album aux douceurs d’Afrique

par Corentin Kieffer

Pas évident d’être un fils de, surtout quand son père est considéré comme un monument de l’afrobeat. Délaissant en partie l’héritage musical de Fela Kuti, disparu il y a maintenant 20 ans du sida, Femi Kuti, 55 ans, s’est construit sa propre carrière malgré de nombreux revers. Le musicien s’est vu reproché de s’éloigner des sonorités qui ont fait connaître son père, d’avoir créé son propre orchestre, d’avoir approché le hip-hop ou d’avoir chanté en anglais. La police a interrompu ses concerts, les médias l’ont diabolisé et les politiques lui ont tourné le dos… Mais depuis quelques années, il a réussi à imposer sa légitimité dans son pays d’origine, le Nigéria, mais également à travers le monde entier.

Aujourd’hui Femi Kuti sort un onzième album, One People One World, avec son groupe Positive Force. Enregistré à Lagos, la capitale du Nigéria, ce disque est rempli de douceurs africaines : on y trouve essentiellement du reggae et de la soul. Et même une touche de R’n’B afro-américain. Derrière ces notes, Femi Kuti chante un discours très engagé pour la paix et la justice, reprenant le mantra de son père : « La musique est l’arme du futur. » Politique, traditionnel mais aussi tourné vers un vocabulaire musical moderne, Femi Kuti emmène l’afrobeat vers l’intemporel en le bourrant d’influences provenant de tous les continents. Et prépare l’avenir en invitant son fils Made à participer à l’élaboration de ce disque. Longue vie à la famille Kuti et sa puissante musique.

Pour ceux qui sont plus Spotify :

Visited 22 times, 1 visit(s) today