© Elise Pinelli

Festival Ballà Boum, une boum 100% découverte et intimiste

Du 19 au 20 août, la Haute-Corse se trans­forme en boum intimiste avec le fes­ti­val Bal­là Boum. Tam­buri Neri, PVA, High­School, Dom­brance… Une pro­gram­ma­tion 100% décou­verte et inter­na­tionale pour danser jusqu’au bout de la nuit.

Pour beau­coup, les boums sont con­sid­érées comme has-been. Mais pour nous fans de Sophie Marceau et de la fameuse scène du walk­man, on vendrait par­ents et grand-parents pour le retour des bonnes vieilles soirées dansantes ado­les­centes. Heureuse­ment, le fes­ti­val corse Bal­là Boum, “boum dansante” en français (on s’ex­cuse auprès de nos ami•es cors­es si la tra­duc­tion est approx­i­ma­tive), remet au goût du jour ces fêtes phares des années 1960 à 1980. Et pour sa cinquième édi­tion, le fes­ti­val se veut ambitieux avec une pro­gram­ma­tion 100% décou­verte et inter­na­tionale : Tam­buri Neri, PVA, Lauer, High­School, Dom­brance, Ivan Smagghe.

 

À lire aussi
Le Manoir de Keroual retrouvait la rave : le retour d’Astropolis en jauge pleine

 

Et on imag­ine déjà com­ment vont se dérouler ces deux soirs de fêtes de fin d’été. Ven­dre­di 19 août, la chaleur va mon­ter d’un cran avec la tech­no expéri­men­tale, som­bre et pimen­tée par une voix à la Pino D’Angiò des Milanais de Tam­buri Neri. Puis on va suer sur les sonorités élec­tro froides, berli­nois­es et groovy du trio bri­tan­nique PVA. Et les mem­bres pour­ront se relâch­er en fin de soirée avec la house dis­co flot­tante de l’Alle­mand Lauer. Same­di 20 août, on va com­mencer la soirée par un slow sautil­lant sur les mélodies cold wave man­cu­ni­ennes des Autralien·nes de High­School. Enfin une boum ne serait pas une boum sans un moment un peu absurde. Et c’est le pro­duc­teur français Dom­brance qui s’en charg­era. On con­naît la recette, tous ses titres sont dédiés à des per­son­nal­ités poli­tiques français­es. Alors oui, on va danser au rythme de Hol­lande, De Gaulle ou encore Sarkozy. Enfin, le week­end se ter­min­era dans la tran­spi­ra­tion avec le set du DJ lon­donien d’adop­tion aux mul­ti cas­quettes (jour­nal­iste musi­cal et patron de label) et aux mul­ti­ples influ­ences (post-punk, musiques alter­na­tives, lo-fi), Ivan Smag­ghe.

Six artistes, deux soirs de fête, un fes­ti­val à taille humaine. Bal­là Boum est fidèle à sa devise : «Dui ghjorni di bal­li è d’amore» (deux jours de danse et d’amour). Un peu la déf­i­ni­tion d’une boum intimiste. Nor­mal donc que côté restau­ra­tion, la prox­im­ité soit aus­si de mise. Le fes­ti­val fait notam­ment appel à des brasseurs et des vignerons de la région. Autant dire qu’on a hâte de pren­dre d’as­saut le théâtre de Ver­dure de Pat­ri­mo­niu en Haute-Corse.

Toutes les infor­ma­tions sont à retrou­ver ici. 

 

 

(Vis­ité 288 fois)