Four Tet en Boiler Room : rien ne sert de courir…

Il a beau met­tre très longtemps avant de réélle­ment démar­rer son live, Four Tet n’a pas volé cette énième invi­ta­tion en Boil­er Room. 

Autant être com­plète­ment hon­nête : le pre­mier gros quart d’heure de cette Boil­er Room n’a pas grand intérêt. Four Tet prend son temps pour ren­tr­er dans son con­cert… Quitte à per­dre un peu l’au­di­teur. Mais à par­tir de la 27ème minute env­i­ron, ça y est, le tout prend de la sub­stance, tout en gar­dant l’onirisme et l’ex­o­tisme qui ont fait le suc­cès de Kier­an Heb­den — la preuve avec “Morn­ing Side” et sa chanteuse indi­enne Lata Mangeshkar.

Un con­cert lon­donien, cap­turé le 13 févri­er dernier, his­toire de rap­pel­er pourquoi Four Tet passe son temps à être invité partout : il sait faire voy­ager, bas­ta. Et à la vue des dizaines de petits lam­pi­ons entourant les platines, son ingé lumière n’est pas mal non plus. 

(Vis­ité 62 fois)