A découvrir jeudi 26 mai au Badaboum !

Freude Am Tanzen, le label allemand qui nous fait danser de joie !

Le Bad­aboum accueillera le 26 mai prochain le label Freude Am Tanzen entre ses murs, en la présence de Marek Hem­mann, Mon­key Maf­fia et Math­ias Kaden. Les trois com­pères se frot­teront à la machine OX créée par Romain Tardy en col­lab­o­ra­tion avec The Abso­lut Com­pa­ny Cre­ation. En atten­dant de voir com­ment cette instal­la­tion lumineuse unique en son genre réa­gi­ra à la musique des DJs, on s’est dit que c’était une bonne occa­sion de revenir sur l’histoire de ce label alle­mand, bien en place depuis presque vingt ans !

Thomas Sper­ling et Daniel Mauss sont deux enfants typ­iques des années 80. Biberon­nés à Depeche Mode, Kraftwerk et à la house des orig­ines, ils ont com­mencé — comme beau­coup à cette époque — à organ­is­er à Jena, à l’Est de l’Allemagne, des soirées house estampil­lées “Freude Am Tanzen”, “la joie de danser”, dès 1996. Très vite, le suc­cès a été au rendez-vous et, non-contents de faire danser une bonne par­tie de la val­lée de la Saale, les deux com­pagnons se sont lancés deux ans plus tard dans une nou­velle aven­ture qui allait dur­er — et ils ne s’en doutaient prob­a­ble­ment pas à l’époque — deux décen­nies : la créa­tion du label Freude Am Tanzen, avec l’envie intrin­sèque de don­ner leur chance aux petits pro­duc­teurs de musique élec­tron­ique. Tiré à seule­ment 350 exem­plaires, Four Sexy Tracks, le pre­mier 33 tours du label sur lequel se retrou­vent Mar­cho, DJ Gabor et Sweet Char­lotte sort en 1998. La machine Freude Am Tanzen est en marche.

En 1999, le mastodonte Kom­pakt prend le relais sur la dis­tri­b­u­tion des sor­ties du label, lui offrant ain­si une meilleure vis­i­bil­ité, mais égale­ment l’assise et l’audience dont béné­fi­cie déjà le label de Cologne. Freude Am Tanzen accueille ain­si rapi­de­ment sous son aile une mul­ti­tude d’artistes, fonc­tion­nant en vase clos, telle une grande famille — pour l’anec­dote, la majorité des artistes ont par exem­ple élu domi­cile dans la petite ville de Jena afin de rester proches les uns des autres. Par­mi eux : The Wigh­no­my Broth­ers, Mon­key Maf­fia, Matthias Tanz­mann, Robag Wruhme, Onur Özer, DJ Koze, Jack­mate, Luciano Tobin Neu­mann, Adolf Noise, Math­ias Kaden, Dou­glas Greed, Daniel Ste­fanik et évidem­ment la fig­ure culte du label Marek Hem­mann et sa fameuse tech­no min­i­male et pro­fonde mêlée de funk.

Mal­gré sa struc­ture économique réduite et sa taille bien loin de celle des coloss­es Tre­sor Records et con­sorts, Freude Am Tanzen a su se creuser une place de choix dans le paysage élec­tron­ique alle­mand, n’hésitant pas à boule­vers­er les codes, aux con­fins des gen­res, en sor­tant tan­tôt de la tech­no min­i­male froide, tan­tôt de la house dansante. En 2001, le label ouvre son pro­pre shop Fat­plas­tics puis fonde un an plus tard sa suc­cur­sale Musikkrause afin de se diver­si­fi­er un peu plus mais égale­ment pour se per­me­t­tre de sor­tir de la musique dif­férente, plus expéri­men­tale, sans pour autant dévi­er Freude Am Tanzen de sa ligne directrice. 

Dans l’optique de suiv­re tou­jours la ten­dance et de ne jamais se retrou­ver à la traine, la part belle est faite dès 2010 au numérique avec la créa­tion des FAT ZIG, une col­lec­tion d’EPs et de remix­es disponibles unique­ment sur inter­net; suivi en 2012 par le lance­ment d’une série de pod­casts aux­quels par­ticipent les artistes du label. Cela étant, Freude Am Tanzen n’a jamais lais­sé tombé ses pre­mières amours, à savoir faire danser les gens dans la joie — d’où son nom — et con­tin­ue à organ­is­er dans les clubs alle­mands et du monde entier des soirées déjan­tées. A véri­fi­er dès jeu­di prochain, au Badaboum ! 

En plus sur­prise : Tsu­gi vous offre 3x2 places pour cet event qui vous en met­tra, à tous les coups, plein les mirettes. Pour ten­ter votre chance, il vous suf­fit d’en­voy­er vos nom et prénom à [email protected] avec en objet de mail “OX/BADABOUM” ! Bonne chance ! 

(Vis­ité 243 fois)