Skip to main content
29 juillet 2022

Gorillaz, Rosalía, Stromae, The Garden, Katy J Pearson : les clips de la semaine

par Juliette Soudarin

Que vous soyez les pieds dans l’eau ou dans votre appartement citadin, c’est bel et bien le week-end qui pointe le bout de son nez. Pour fêter ça, on vous a sélectionné la crème des clips parus dans la semaine. Stromae se la joue télé-réalité, The Garden vous emmène en Californie, Rosalía nous invite à danser et Gorillaz à tripper.

Katy J Pearson – « Howl »

Début juillet, la britannique Katy J Pearson nous avait éblouis avec son second album folk-rock-70′,  Sound of the Morning, produit par Ali Chant et Dan Carey (Speedy Wunderground). Vous pouvez retrouver notre entretien avec l’artiste ici. Cette semaine, elle sort le clip du mystique « Howl ». Katy J Pearson -ou Kelly de son prénom- nous accueille au Camp Kelly. Un campement ou Katy raconte des histoires qui font peur à ses musiciens à la tombée de la nuit et les amène explorer la forêt. Non sans risque… car une créature rôde.

Alex G – « Cross The Sea »

On n’en peut plus de l’attente. On souhaite juste que l’été passe pour avoir dans les mains le 23 septembre prochain, God save the animals, le nouvel album d’Alex G. En attendant, l’artiste continue de dévoiler quelques morceaux, avec le single « Cross The Sea ». Un titre étrange, bien loin de la ballade sobre « Runner », son précédent single. La voix d’Alex G est grave et trafiquée, ses « yeah yeah » semblent sortir d’un hit post-punk des années 2000. La mélodie est malgré tout envoutante. Côté clip, on reste dans le bizarre avec un alter ego animé – possiblement un chien. Arrivé par bateau cargo, il découvre les États-Unis.

Rosalía –  » Despecha » 

Vous êtes en vacances ? Tant mieux pour vous. Vous êtes bloqué à la maison et avez une fâcheuse tendance à déprimer en regardant votre feed Insta ? Rosalía et son nouveau clip « Despecha » sont là pour résoudre tous vos maux. Ce morceau est un shot de bonne humeur a l’état pur, qui chassera vos idées noires. Et pour cause, l’artiste s’est librement inspirée du merengue. Le clip qui l’accompagne est sans fioriture mais sacrément efficace. On y voit totalement Rosalía esquisser des pas de flamenco. On savait qu’elle était classe mais alors là… Mains qui virevoltent, robe rouge fluide qui flotte au vent sur des paysages tantôt urbains tantôt paradisiaques. Une seule chose : 2 minutes 36, c’est beaucoup trop court. De notre côté, on la passera en boucle pour compenser.

Stromae et Camila Cabello – « Mon amour »

Alerte, il est grand temps d’activer son second degré ! Stromae a sorti un nouveau clip parodique qui reprend les codes de la télé-réalité. Chemises de mauvais goût, piscine, corps bodybuildés, cocktails et surtout disputes, on est en plein dedans ! Camila Cabello propose un détournement des scènes iconiques de ce genre de programme : « hum, je l’aime bien lui, mais j’aime aussi son ami » dans le fameux confessionnal. Franchement, on rigole bien et on salue la capacité de Stromae de constamment se renouveler. Rappelez-vous : il y a 9 ans, pour « Formidable« , il faisait une caméra cachée en se faisant passer pour ivre dans la rue. On le retrouve dans « la villa mon amour » pour un tournant à 360 qui ne manque pas de créativité. Et les 1,5 million de visionnages en 24h le prouvent bien. Bien ouèj Stromae.

Mara –  » Bibi qui claque » 

« Est-ce que vous êtes prêts à Foulamerde ? » Comme un mantra, cette phrase résonne à chaque concert de Mara. C’est donc tout naturellement qu’elle commence ainsi le clip de « Bibi qui claque ». Une vidéo feel-good qui mélange ses meilleurs moments de concerts et des vidéos de la chanteuse en mode -ultra- badass : lunettes de soleil sur le nez, casquette bien enfoncée sur la tête et ses cheveux platines tressés. Le meilleur moment ? Lorsqu’on la voit distribuer des billets à son effigie à ses fans en plein show. Et spoiler alert, on l’a vécu et c’est de la bombe.

Gorillaz  feat Thundercat– « Cracker Island »

Le duo Gorillaz est de retour avec un clip encore plus timbré que d’habitude. Réalisé par Hewlett lui-même, en collaboration avec l’illustrateur français Fx Goby, on y suit les déambulations du personnage dans un hôpital psychiatrique. Les yeux vitreux, il nous chante sa chanson avec une langueur entrainante ponctuée des apparitions de Thundercat en hologramme qui est en featuring dans le morceau. À ce sujet Murdoc avoua : « Considérez la vidéo comme la scène finale d’un film, ce moment qui suit le grand final quand le héros (moi) s’apprête à partir en direction du coucher de soleil, les crédits qui défilent sur l’écran”. Il ajoute: “C’est bien ça, nous commençons à la fin. Pourquoi ? CAR JE TRAVAILLE DE FAÇON MYSTÉRIEUSE.” On est loin d’être déçus.

Visited 162 times, 1 visit(s) today