Hellfest, 2015

Hellfest : une association porte plainte pour “incitation à la haine, à la violence et au meurtre”

Fin juin, le gigan­tesque fes­ti­val de musique extrême Hellfest a fêté sa douz­ième édi­tion. Trois jours de métal et ses dérivés qui ont réu­ni 180 000 fes­ti­va­liers à Clis­son près de Nantes, mais ça ne plaît décide­ment pas à tout le monde. Début juin, une plainte a été déposée auprès du pro­cureur de la République de Nantes pour “inci­ta­tion à la haine, à la vio­lence et au meurtre” ain­si que pour “provo­ca­tion au sui­cide“. C’est à l’as­so­ci­a­tion “Les Amis du Col­lec­tif pour un Fes­ti­val Hellfest Respectueux de Tous”, com­posée d’une quin­zaine de mem­bres et iden­ti­fiée comme catholique, que l’on doit cette action en justice.

Dans un arti­cle paru sur Les Inrocks, l’at­taché de presse du fes­ti­val Olivi­er Richard a réa­gi : “On sait que ces gens là sont puants, ce sont con­tre eux qu’il faudrait porter plainteNous avons déjà mis les choses au point les con­cer­nant il y a plusieurs années. Ils sont hors-la-loi, racistes, ils sont tout autant capa­bles de s’en pren­dre aux homo­sex­uels et aux noirs qu’à nous. D’ailleurs, la seule année où nous n’avons pas enten­du par­ler d’eux, c’était lors du mariage pour tous, ils étaient trop occupés.” Jean-Yves Rineau, porte-parole de l’as­so­ci­a­tion, s’est quant à lui expliqué sur les motifs de cette plainte : “Notre objec­tif est dou­ble : d’abord que ne soient plus pro­gram­més ces groupes haineux envers les chré­tiens, ce sont des satanistes. Le deux­ième volet, c’est l’argent pub­lic, ce fes­ti­val en a beau­coup trop béné­fi­cié depuis 2006.”

Il est vrai que des groupes por­tant les doux noms de Sodom ou Anal Cunt ne sont pas for­cé­ment les bien­v­enues dans les tra­di­tions catholiques. De là à porter plainte con­tre un fes­ti­val qui par­ticipe au ray­on­nement cul­turel de la région, qui plus est dans un pays laïque depuis la loi de sépa­ra­tion des Églis­es et de l’É­tat en 1905 … Quant au deux­ième point, en 2016 déjà, le prési­dent du con­seil région­al des Pays de la Loire Bruno Retail­leau (un proche de Philippe de Vil­liers et de François Fil­lon) avait pris la déci­sion de sup­primer le sou­tien de la région au fes­ti­val qui s’él­e­vait à 20 000 euros suite à une polémique. Sale ambiance.

Via Les Inrocks. 

(Vis­ité 2 020 fois)