Skip to main content
10 avril 2017

La Douve blanche, chouette festival au pied d’un château du XVIème siècle, annonce son line-up

par Clémence Meunier

Châtelains, châtelaines ! Pour sa nouvelle édition, attendue du vendredi 7 au dimanche 9 juillet, le festival La Douve blanche vous donne une nouvelle fois rendez-vous dans les douves du charmant château d’Egreville ! De quoi retrouver les deux ingrédients magiques de tous les événements concoctés par Animal Records : la musique, et la bonne bouffe. Ainsi, la programmation est double. Musique d’abord : si on était déjà au courant de la venue de Birth Of Joy ou de représentants de différents labels qu’on aime beaucoup ici – Cracki Records (les excellents Agar Agar), Mamie’s Records (Kodäma) et bien sûr d’Animal Records (comme la belle découverte Elbi ou Rondpoint, les DJs de la bande) -, il restait encore plusieurs noms à découvrir. Ainsi, Polo & Pan en DJ set, Lucien & The Kimono Orchestra, un de nos espoirs 2017 dans notre hors-série d’hiver, Calypsodelia, un projet disco complètement zinzin mais jouissifCabaret Contemporain, Pomrad, Stand Wise ou encore Tell viennent de se rajouter à la tête.

Ça creuse de danser ! La deuxième partie de la programmation de La Douve Blanche intéresseront nos estomacs : sont invités Adrian Tran (de Peco Peco, à savoir un resto street-food d’inspiration japonaise), Etienne Daviau (Moncoeur), Benjamin Richard (de Marcelle, établissement cofondé par Ophélie Barès, qu’on a pu croiser dans Qui sera le prochain grand pâtissier ? sur France 2) et bien sûr Antonin Girard, le chef d’Animal Kitchen. De quoi régaler les papilles et les oreilles, bien niché dans une douve, au pied du château d’Egreville, monument historique construit au XIIème, reconstruit au XVIème, et installé dans la bien nommée rue du Château. Ah Egreville… Le village, ne dépassant pas les 3000 habitants, n’est pourtant pas si loin de Paris – c’est l’avantage de la Seine-et-Marne : le département est composé, si on exclue Meaux, Melun et Disney, de coins ultra paumés et pourtant si proches de la capitale (y compris en transports), un exploit made in 77. Mais les équipes de La Douve Blanche ont quand même prévu des navettes pour acheminer les Parisiens de la gare de Souppes-sur-Loing (desservie par un train partant de Gare de Lyon) jusqu’au site du festival.

Toutes les infos ici. Pour avoir une petite idée, l’année dernière, ça ressemblait à ça :

 

 

Visited 15 times, 1 visit(s) today