Skip to main content
19 avril 2016

La Nuit (reste) Debout et en musique

par rédaction Tsugi

Depuis le 31 mars, la place de République fait figure d’agora. Des centaines de personnes s’y réunissent chaque soir, signe d’une protestation nationale contre la loi dite « El-Khomri ». Ce nouveau projet de loi sur le travail a déclenché la fureur des français de tout âge qui ne se retrouvent plus nul part dès qu’il s’agit de politique. Les jeunes prennent des initiatives et les artistes s’y mettent aussi.

Jeudi 21 avril, Nuit Debout se sonorise. Le mouvement a déjà accueilli des performances live la semaine dernière et innove dans quelques jours. Des collectifs et DJs parisiens s’associent à Radio Club Sound System, un nouveau concept de sonorisation, sans fil et surtout collaboratif. L’objectif de l’événement est de mettre en musique le mouvement sans pour autant déranger sa finalité : les assemblées générales et les débats qui se tiennent chaque jour et le travail de terrain des commissions ne seront en aucun cas aliénés par des enceintes assourdissantes.

Et tout cela est possible grâce à un peu de technique et de la créativité. Un système de diffusion à courte portée sera mis en place le jour même, permettant aux DJs d’utiliser ses ondes pour envoyer la musique. Mais l’envoyer où ? C’est là toute l’ingéniosité du projet. Chacune des personnes présentes place de la République pourra se munir d’un appareil audio (postes radio, transistors, ghettoblasters, enceintes portables et bien sûr nos téléphones) qu’il suffira de régler sur une fréquence déterminée au préalable. Chaque appareil connecté diffusera le même son que les autres, créant ainsi un soundsystem participatif, vivant et surtout moins bruyant.

De 19h à minuit, jeudi 21 avril, Cracki, Mawimbi, Microclimat, Trax, Jugurtha, Wrecka Spinnazz Club et Grünt seront de la partie pour animer la République. Si l’événement s’avère être un succès, ses organisateurs s’exporteront aux différentes Nuits qui animent aussi la banlieue parisienne. Si certains politiques commencent à demander l’interdiction des rassemblements, et principalement celui de Paris, les Nuits restent (pour le moment) Debouts.

 

Visited 9 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply