La Station réouvre ses portes ce soir à 20 heures

Qui a dit qu’il n’y avait qu’à Berlin qu’on redonnait vie à des vieux sites indus­triels ? Il fut un temps, la Gare des Mines était util­isée comme un entre­pôt de stock­age à char­bon, avant de se trans­former en dis­cothèque, puis en squat. Mais depuis mai 2016 et le pro­jet d’ur­ban­isme tran­si­toire (pro­jets des­tinés à redonner vie à des sites désertés ou inex­ploités) mis en place par le Col­lec­tif MU, la désor­mais Sta­tion — Gare des Mines a ouvert un nou­veau chapitre de sa riche histoire.

Lieu de ren­con­tres et d’ex­pres­sion artis­tique, la Sta­tion réou­vre ses portes pour la sai­son esti­vale et pro­pose une pro­gram­ma­tion qui donne envie de s’y intéress­er de plus près. Au pro­gramme dès ce soir, BORN BAD RECORDS (à qui on con­sacre un arti­cle dans le Tsu­gi 101 tou­jours en kiosque) qui fête ses 10 ans sur deux soirées avec Le Ville­juif Under­ground, Usé, Wild Clas­si­cal Music Ensem­ble, For­ev­er Pavot ou Dori­an Pim­prenel. Vous pour­rez aus­si assis­ter à une soirée Gang des Mines où de nom­breux artistes vous fer­ont danser dès le milieu d’après-midi, à des per­for­mances artis­tiques en tout genre, des pro­jec­tions en plein air et des ani­ma­tions cul­turelles. À vos agendas !

Toutes les infor­ma­tions sont à retrou­ver sur le site de La Sta­tion.

(Vis­ité 783 fois)