Le compositeur Pierre Henry, l’un des pères de la musique électroacoustique, est décédé

Pierre Hen­ry s’est éteint hier à 89 ans a annon­cé ce jeu­di son assis­tante à l’AFP. Il est con­sid­éré comme l’un des pères de la musique élec­troa­cous­tique, un terme qui définit les musiques non exclu­sive­ment instru­men­tales et qui sig­nait les débuts de la musique élec­tron­ique, bien avant Kraftwerk dans les années 70 ou la tech­no aux États-Unis dans les années 80.

Le com­pos­i­teur est à l’o­rig­ine avec Pierre Scha­ef­fer de Sym­phonie Pour Un Homme Seul en 1950, con­sid­érée comme la pre­mière oeu­vre de musique con­crète — ou quand le com­pos­i­teur part de sons enreg­istrés ou créés de toute pièce pour con­stru­ire un morceau, ce qui inspire encore aujour­d’hui des artistes tels que Jacques. Offici­er de la Légion d’hon­neur, Com­man­deur des Arts et Let­tres, Pierre Hen­ry a aus­si été à la tête du Groupe de Recherch­es sur les Musiques Con­crètes, rebap­tisé GRM en 1958. Un cer­tain Jean Michel Jarre y étudiera de 1969 à 1971 avant de con­naître un suc­cès mon­di­al avec son album Oxygène en 1976.

L’une des oeu­vres les plus con­nues de Pierre Hen­ry est “Psy­ché Rock”, un extrait du bal­let Messe Pour Le Temps Présent qu’il a créé en 1967 en col­lab­o­ra­tion avec le choré­graphe Mau­rice Béjart. Le titre a été util­isé par Costa-Gavras dans son film Z, il a aus­si servi de générique à l’émis­sion “Ser­vice pub­lic” sur France Inter et il a inspiré le générique de la série humoris­tique améri­caine Futu­ra­ma. Le bal­let a aus­si eu droit à un album de remix­es en 1997 avec des con­tri­bu­tions de Fat­boy Slim, St. Ger­main ou encore Chris The French Kiss, l’an­cien nom de Bob Sinclar.

Mer­ci pour tout, Pierre Hen­ry.

(Vis­ité 685 fois)