Le label du mois : Smallville Records

Arti­cle extrait de Tsu­gi 104, en kiosque ce mar­di 11 juil­let.

C’EST QUOI ?

Smal­l­ville est d’abord un mag­a­sin de dis­ques ouvert en 2005 àHam­bourg dans le quarti­er de Sankt Pauli par Lawrence et Julius Stein­hoff. Puis Smal­l­ville est aus­si devenu un label en 2006 dont l’identité visuelle est con­fiée à Ste­fan Marx, un ami proche de Julius et Pete (Lawrence)”, racon­te Jacques Bon, patron de la bou­tique parisi­enne, créée avec Pan­tha Du Prince fin 2006. Le but ? “Créer un lien entre les scènes de Ham­bourg et Paris à tra­vers la sélec­tion musi­cale du mag­a­sin et les soirées que nous organ­isons à Paris depuis 2007.” Après plusieurs démé­nage­ments, la bou­tique est désor­mais “défini­tive­ment instal­lée” au 26 rue du Château d’eau dans le Xe arrondisse­ment.

QUELS ARTISTES ?

Au fil des cinquante sor­ties du label depuis 2006, Smal­l­ville nous a habitués à crois­er la route d’une rib­am­belle de pro­duc­teurs d’une élec­tron­ique racée et mélodieuse, par­mi lesquels Move D, STL, Moomin, Christo­pher Rau, Ben­jamin Brunn, Thomas Mel­chior, Steven Tang, sans oubli­er les dis­ques des ten­anciers de la mai­son Lawrence et Small­peo­ple (pro­jet de Julius Stein­hoff). Selon Jacques, les dis­ques ayant ren­con­tré le plus de suc­cès sont “Silent State” de STL et les albums The Sto­ry About You de Moomin, Asper Clouds de Christo­pher Rau ou Songs From The Bee­hive de Move D & Ben­jamin Brunn. Sans oubli­er qua­tre épatants max­is sor­tis sur le sous‐label Fuck Real­i­ty.

QUELS PROJETS ?

S’il est encore un peu tôt pour abor­der le sujet des sor­ties autom­nales de Smal­l­ville, la ren­trée sera tout de même mar­quée par l’arrivée d’un nou­v­el album de Small­peo­ple, le deux­ième après Salty Days en 2012. D’ici là, la bou­tique parisi­enne aura fêté ses dix ans lors de deux soirées, la deux­ième se déroulant le 21 juil­let au Wan­der­lust avec Small­peo­ple et rien de moins qu’un live du pio­nnier house Lar­ry Heard.

(Vis­ité 360 fois)