Skip to main content
10 juillet 2017

Le label du mois : Smallville Records

par Benoît Carretier

Article extrait de Tsugi 104, en kiosque ce mardi 11 juillet.

C’EST QUOI ?

« Smallville est d’abord un magasin de disques ouvert en 2005 àHambourg dans le quartier de Sankt Pauli par Lawrence et Julius Steinhoff. Puis Smallville est aussi devenu un label en 2006 dont l’identité visuelle est confiée à Stefan Marx, un ami proche de Julius et Pete (Lawrence)”, raconte Jacques Bon, patron de la boutique parisienne, créée avec Pantha Du Prince fin 2006. Le but ? “Créer un lien entre les scènes de Hambourg et Paris à travers la sélection musicale du magasin et les soirées que nous organisons à Paris depuis 2007.” Après plusieurs déménagements, la boutique est désormais “définitivement installée” au 26 rue du Château d’eau dans le Xe arrondissement.

QUELS ARTISTES ?

Au fil des cinquante sorties du label depuis 2006, Smallville nous a habitués à croiser la route d’une ribambelle de producteurs d’une électronique racée et mélodieuse, parmi lesquels Move D, STL, Moomin, Christopher Rau, Benjamin Brunn, Thomas Melchior, Steven Tang, sans oublier les disques des tenanciers de la maison Lawrence et Smallpeople (projet de Julius Steinhoff). Selon Jacques, les disques ayant rencontré le plus de succès sont “Silent State” de STL et les albums The Story About You de Moomin, Asper Clouds de Christopher Rau ou Songs From The Beehive de Move D & Benjamin Brunn. Sans oublier quatre épatants maxis sortis sur le sous-label Fuck Reality.

QUELS PROJETS ?

S’il est encore un peu tôt pour aborder le sujet des sorties automnales de Smallville, la rentrée sera tout de même marquée par l’arrivée d’un nouvel album de Smallpeople, le deuxième après Salty Days en 2012. D’ici là, la boutique parisienne aura fêté ses dix ans lors de deux soirées, la deuxième se déroulant le 21 juillet au Wanderlust avec Smallpeople et rien de moins qu’un live du pionnier house Larry Heard.

Visited 67 times, 1 visit(s) today