Laurent Garnier - Crédit : Jacob Khrist

Le N.A.M.E Festival, de briques et de frites

Ini­tié par l’artiste Fan­ny Bouyagui et l’association Art Point M, le N.A.M.E Fes­ti­val reçoit la crème des artistes élec­tron­iques depuis 2005 dans le départe­ment du Nord. Cette année, Roubaix, ses briques et ses frites. C’est en tout cas les pre­mières choses que nous ayons vu en arrivant à La Con­di­tion Publique, ves­tige de l’industrie tex­tile floris­sante il y a maintes années. Réha­bil­ité en man­u­fac­ture cul­turelle, le spot nous accueille dans ses trois grandes salles pour une nuit de grande qual­ité où les ter­mes ware­house et tech­no ont fusion­né en un espace inter‐dimensionnel com­posé de lumière, de vjing et de bière. Echauf­fe­ment avec Tijana T puis Jen­nifer Car­di­ni, qui pren­nent pos­ses­sion de leur salle respec­tive avec des sets effi­caces sans être tapageurs. L’introduction de Âme II Âme, patrons d’Innervisions, avec le jeu de lumière asso­cié au VJing des Rab­bit Killerz fut un beau moment rapi­de­ment rem­placé par un brin d’ennui, les morceaux traî­nent en longueur sans nous coller au pla­fond. Pour un show qui devait être un peu dif­férent, mêlant live et DJ set, on est un peu déçu.

Tijana T — Crédit : Jacob Khrist

On décou­vre en se prom­enant la dernière salle, La Ver­rière, avec des transats et du dis­co. Le DJ lâche au micro “C’est génial, on s’amuse !”, ce qui nous fait fuir. Plus sobre et bien plus chic, Ellen Allien a de son côté une pêche d’enfer, elle qui con­naît le fes­ti­val depuis ses débuts, mais cela ne l’empêche pas de céder à quelques facil­ités de mix­age. Rien de méchant, son set régale par­faite­ment, con­clu par un petit câlin avec Rød­håd. Tran­si­tion sèche, on prend notre pied devant l’homme que tout le monde décrit comme un bouch­er ou un viking, DJ d’une tech­no qui ne laisse per­son­ne indemne. C’était la bonne musique, à la bonne heure, dans le bon lieu. Mais impens­able de man­quer le pas­sage de flam­beau entre Âme et Lau­rent Gar­nier. Comme d’habitude, il nous fera danser jusqu’au bout le bougre, accom­pa­g­né par Fan­ny Bouyagui pour les visuels. Vous ne serez pas sur­pris, mais on souf­fre encore du retour dans le TGV le matin même.

Ellen Allien — Crédit : Jacob Khrist

Crédit : Jacob Khrist

(Vis­ité 693 fois)