Skip to main content
5 février 2016

Le nouveau vinyle de la semaine (34) – SOULPHICTION

par Estelle Morfin

Parlons peu, parlons vrai. Un type qui sort des disques depuis la fin des années 90 peut-il encore pondre quelque chose d’intéressant en 2016 ? Certains peinent à se renouveler, s’abandonnent lentement à une platitude désolante ou miment tant bien que mal les brefs courants de la mode musicale…Michel Baumann aka Soulphiction aka Jackmate n’est heureusement pas de ceux-là. Féru de jam, féroce arrangeur, l’Allemand semble évoluer, encore avec cet EP, dans une capsule de richesse musicale à l’épreuve du temps. 

Une chose à savoir quand on souhaite se plonger dans ce genre de discographie élargie et carrément éclectique : Michel Baumann a ressenti le besoin de scinder sa personnalité de producteur en deux. Jackmate pour les morceaux clairement destinés au club et Soulphiction pour le reste, vocals, mélodies au clavier Rhodes et réminiscences de son passé hip hop/amour du sampling (mettons de côté son troisième alias jazz/dub Supatone). On y voit plus clair. Il faut dire que ses premières sorties datent de la fin des années 90 (cf. son premier EP via Jackmate sur Poker Flat). Le début des années 2000 marque l’éclatement au grand jour de sa schizophrénie musicale avec la parution de ses premiers bébés sur Playhouse (Cheerleader EP) et Perlon (Bust Me EP). Dans le même temps, il lance son propre label Philpot qu’il ouvrira bien vite à un petit cercle restreint d’amis, parmi lesquels The Mole, Bruno Pronsato, A Made Up Sound, DJ Koze. Ou encore Move D, cet autre dingue d’improvisation et de vibe soulful avec qui il collaborera sur In The Limelight EP (2009). Pour résumer rapidement le reste de son travail jusqu’à aujourd’hui sans tomber dans une grossière ellipse temporelle, on peut signaler des maxis sur Sonar Kollektiv, un EP deep et jazzy sur Freunde Am Tanzen, un split avec Losoul, un hommage plus acid au festival Freerotation de Steevio qui correspond à son intérêt grandissant pour la synthèse modulaire, un petit coucou sur Pampa Records

 Ce qui nous amène à ce fameux Riot Party EP sur Musik Krause (2014), nettement plus orienté deep house, avec des petites élucubrations à moins de 100 BPM que vient compléter ce Riot Party II aujourd’hui. Seuls les tempos et la vibe soulful du premier titre « Misty Roots » nous empêcheraient de l’estampiller «Jackmate ». « Bricks » est construit sur fond de beat house – même s’il y a toujours ce groove bancal à la Soulphiction – avec un côté crunchy addictif, dans la même veine que ce plus sombre troisième titre « Amerika ». À croire qu’avec le temps, les deux alias de Michel Baumann tendent à se réunir pour ne former plus qu’un et continuer à imaginer des petites balles sonores. Vive Soulmaster.

 

SoulphictionRiot Party II (Musik Krause) 
Sortie : Février 2016
A1 : Misty Roots
A2 : Bricks
A3 : America 

Visited 7 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply