Le nouveau vinyle de la semaine (34) — SOULPHICTION

Par­lons peu, par­lons vrai. Un type qui sort des dis­ques depuis la fin des années 90 peut-il encore pon­dre quelque chose d’intéressant en 2016 ? Cer­tains peinent à se renou­vel­er, s’abandonnent lente­ment à une plat­i­tude désolante ou miment tant bien que mal les brefs courants de la mode musi­cale…Michel Bau­mann aka Soul­ph­ic­tion aka Jack­mate n’est heureuse­ment pas de ceux-là. Féru de jam, féroce arrangeur, l’Allemand sem­ble évoluer, encore avec cet EP, dans une cap­sule de richesse musi­cale à l’épreuve du temps. 

Une chose à savoir quand on souhaite se plonger dans ce genre de discogra­phie élargie et car­ré­ment éclec­tique : Michel Bau­mann a ressen­ti le besoin de scinder sa per­son­nal­ité de pro­duc­teur en deux. Jack­mate pour les morceaux claire­ment des­tinés au club et Soul­ph­ic­tion pour le reste, vocals, mélodies au clavier Rhodes et réminis­cences de son passé hip hop/amour du sam­pling (met­tons de côté son troisième alias jazz/dub Supa­tone). On y voit plus clair. Il faut dire que ses pre­mières sor­ties datent de la fin des années 90 (cf. son pre­mier EP via Jack­mate sur Pok­er Flat). Le début des années 2000 mar­que l’éclatement au grand jour de sa schiz­o­phrénie musi­cale avec la paru­tion de ses pre­miers bébés sur Play­house (Cheer­leader EP) et Per­lon (Bust Me EP). Dans le même temps, il lance son pro­pre label Philpot qu’il ouvri­ra bien vite à un petit cer­cle restreint d’amis, par­mi lesquels The Mole, Bruno Pron­sato, A Made Up Sound, DJ Koze. Ou encore Move D, cet autre dingue d’improvisation et de vibe soul­ful avec qui il col­la­bor­era sur In The Lime­light EP (2009). Pour résumer rapi­de­ment le reste de son tra­vail jusqu’à aujourd’hui sans tomber dans une grossière ellipse tem­porelle, on peut sig­naler des max­is sur Sonar Kollek­tiv, un EP deep et jazzy sur Fre­unde Am Tanzen, un split avec Losoul, un hom­mage plus acid au fes­ti­val Freero­ta­tion de Stee­vio qui cor­re­spond à son intérêt gran­dis­sant pour la syn­thèse mod­u­laire, un petit coucou sur Pam­pa Records

 Ce qui nous amène à ce fameux Riot Par­ty EP sur Musik Krause (2014), net­te­ment plus ori­en­té deep house, avec des petites élu­cubra­tions à moins de 100 BPM que vient com­pléter ce Riot Par­ty II aujourd’hui. Seuls les tem­pos et la vibe soul­ful du pre­mier titre « Misty Roots » nous empêcheraient de l’estampiller «Jack­mate ». « Bricks » est con­stru­it sur fond de beat house — même s’il y a tou­jours ce groove ban­cal à la Soul­ph­ic­tion — avec un côté crunchy addic­tif, dans la même veine que ce plus som­bre troisième titre « Ameri­ka ». À croire qu’avec le temps, les deux alias de Michel Bau­mann ten­dent à se réu­nir pour ne for­mer plus qu’un et con­tin­uer à imag­in­er des petites balles sonores. Vive Soul­mas­ter.

 

Soul­ph­ic­tionRiot Par­ty II (Musik Krause) 
Sor­tie : Févri­er 2016
A1 : Misty Roots
A2 : Bricks
A3 : Amer­i­ca 

(Vis­ité 134 fois)