Le point Fabric

Mar­di dans la nuit, le con­seil d’Is­ling­ton annonçait la fer­me­ture de Fab­ric suite au décès de deux ado­les­cents. La cause : deux over­dos­es qui ont remis en ques­tion des dis­posi­tifs ant-drogues et sécu­ri­taires jugés obsolètes par le comité réu­ni mar­di. Selon le site bri­tan­nique The Inde­pen­dent, la fer­me­ture de Fab­ric était pro­gram­mée. Une opéra­tion lancée par la police aurait per­mis à un agent en civ­il de s’in­fil­tr­er au sein du club pour observ­er sa sécu­rité et le com­porte­ment des clubbeurs “tran­spi­rants, aux yeux rouges vit­reux et le regard dans le vide”. En par­al­lèle, des rumeurs com­men­cent à cir­culer à pro­pos d’un pro­jet immo­bili­er de 200 mil­lions de dol­lars, lancé par le Musée de Lon­dres près de Smith­field Mar­ket, qui aurait poussé le comité à fer­mer le club pour pou­voir utilis­er l’e­space ain­si libéré. Le club lon­donien doit donc fer­mer ses portes, n’ayant plus de licence. 

Mal­gré les mul­ti­ples protes­ta­tions des Lon­doniens, des artistes et du monde de la nuit bri­tan­nique, accom­pa­g­nées d’une péti­tion recueil­lant plus de 150 000 sig­na­tures, rien n’y fait. Fab­ric reçoit un sou­tien crois­sant qui a finale­ment poussé Cameron Leslie, co-fondateur du club lancé en 1999, a faire appel. Fab­ric avait déjà rem­porté une bataille sim­i­laire con­tre le con­seil d’Is­ling­ton en 2015, un événe­ment encour­ageant pour le club qui tente le tout pour le tout. En par­al­lèle, un mou­ve­ment a été lancé pour appel­er les clubbeurs à se rassem­bler le 8 octo­bre à Lon­dres. Déjà plus de 1500 per­son­nes ont rejoint l’événe­ment Face­book et on peut y lire les slo­gans de demain : “Le gou­verne­ment doit agir et défendre notre droit à la cul­ture. Nous devons pro­téger cet endroit unique et sacré, où l’on se rassem­ble, où l’on se sent vivant et où l’on tombe amoureux. L’en­droit où nous nous retrou­vons en tant que com­mu­nauté.” 

Le maire de Lon­dres, Sadiq Khan, a fait de la nuit une pri­or­ité lors de son élec­tion et encaisse aujour­d’hui un véri­ta­ble coup dur pour l’ac­tiv­ité noc­turne de la ville : “Les clubs iconiques de Lon­dres sont une par­tie essen­tielle de son paysage cul­turel”, affirmait-il dans un com­mu­niqué de presse. “Le club­bing doit être sécurisé mais je suis déçu que Fab­ric, le con­seil et la police n’aient pas pu trou­ver d’arrange­ments à ce sujet”, et d’a­jouter que 50% des clubs de Lon­dres ont fer­mé ces huit dernières années. Une sit­u­a­tion périlleuse dans laque­lle Sadiq Khan tente de prou­ver sa bonne foi en invi­tant Four Tet à venir par­ler du prob­lème à la mairie.

En atten­dant les détails de cette ren­con­tre, mise en place par l’artiste grâce à un tweet adressé au maire et le résul­tat de l’ap­pel lancé con­tre la déci­sion du con­seil, on décou­vre un mix signé Dis­clo­sure, dédié à Fab­ric. Comme précédem­ment, c’est depuis leur cui­sine que Guy et Howard Lawrence ont passé des dis­ques après avoir briève­ment par­lé de leur sou­tien pour le club lon­donien. Via un live sur Face­book, Dis­clo­sure nous offre deux heures d’un mix éclec­tique et unique : “Pour céle­br­er la sor­tie du nou­veau mix de Jim­pong, nous sommes en live pour un mix que nous dédions à l’un des meilleurs clubs du monde qui a tris­te­ment fer­mé ses portes cette semaine, RIP Fab­ric”. 

(Vis­ité 74 fois)