Crédit : Olivia Bee

Le saviez-vous ? “Stress” de Justice sample un poème symphonique russe du XIXème siècle…

Revenons en arrière de onze ans : nous sommes en 2007, Jus­tice sort son pre­mier album Cross et devient en même temps l’une des fig­ures de la nou­velle French Touch. En douze titres, le duo français prou­ve sa maîtrise de l’art du sam­pling. Un an plus tard, le vio­lent “Stress” se voit illus­tré d’un clip con­tro­ver­sé — une bande de jeunes casse et agresse tout ce qui se trou­ve sur son pas­sage — oblig­eant le groupe à pub­li­er un com­mu­niqué d’ex­pli­ca­tions. Et ce morceau est en fait tiré d’un vieux morceau russe.

Le pod­cast La Source — hors-série de No Fun — revient tous les mois sur les orig­ines d’une chan­son récente. Après Kanye West et son “Blood On The Leaves” tout droit inspiré de Nina Simone et Bil­lie Hol­i­day, le deux­ième épisode s’est cette fois-ci intéressé à “Stress”. En écoutant le pod­cast, on décou­vre que Jus­tice est allé piocher du côté de la bande orig­i­nale de Sat­ur­day Night Fever pour créer ce morceau plein de boucles très cour­tes, accélérées et énervées. En délais­sant la dis­co, le groupe emprunte et trans­forme les vio­lons oppres­sants du début de “Night On Dis­co Moun­tain”, instau­rant vite une ambiance dra­ma­tique de film d’hor­reur. Or, ces vio­lons étaient déjà sam­plés d’un morceau bien plus vieux… “Une nuit sur le mont chauve”, un poème sym­phonique russe de 1867. Le con­stat est sim­ple : on doit donc “Stress” à un cer­tain Mod­este Mous­sorgs­ki, com­pos­i­teur russe du XIXème siè­cle. Une réécri­t­ure, un remake, une “recréa­tion dans l’art” comme il est dit dans le pod­cast. On le croirait improb­a­ble, un morceau clas­sique qui fait danser des cen­taines de mil­liers de per­son­nes, un siè­cle et demi plus tard. “Stress” l’a fait.

Faisons-nous plaisir en nous rep­longeant dans le clip con­tro­ver­sé de “Stress”, réal­isé par Romain Gavras :

(Vis­ité 1 363 fois)