Les paroles de nos morceaux préférés sont de plus en plus tristes…

La musique n’est elle dev­enue que tristesse ? Selon une étude réal­isée par la Lawrence Tech­no­log­i­cal Uni­ver­si­ty en décem­bre dernier, les paroles de titres pop­u­laires sont de plus en plus tristes et colériques. Une ten­dance con­statée sur une péri­ode allant de 1951 à 2016. Sur ces plus de 50 années de pro­duc­tion musi­cale, les sen­ti­ments de joie, con­fi­ance et ouver­ture sont en déclin tan­dis que l’on retrou­ve une hausse sig­ni­fica­tive de l’expression de rage, dégoût, peur et tristesse dans les morceaux les plus con­nus. Une morosité crois­sante mais vari­able selon les épo­ques. Par exem­ple, l’expression de la peur en chan­son a con­nu une hausse au milieu des années 1980, avant de re‐descendre sig­ni­fica­tive­ment dès 1988.

Pour appuy­er son pro­pos, l’équipe de recherche a analysé les morceaux du Bill­board Hot 100 annuel (les 100 titres les plus écoutés de l’année aux Etats‐Unis) pour chaque année de la péri­ode étudiée. Résul­tat : plus de 6 000 tubes ont été décor­tiqués. Un tra­vail titanesque réal­isé à l’aide du Tone Ana­lyz­er, un logi­ciel d’intelligence arti­fi­cielle conçu pour le pro­gramme Wat­son d’IBM. Ce‐dernier per­met d’utiliser l’analyse lin­guis­tique pour “détecter et inter­préter les émo­tions”.

Il reste cepen­dant une nuance à apporter. Lior Shamir, un des chercheurs à l’origine de cette étude, souligne que ces ten­dances traduisent une con­som­ma­tion accrue de musiques aux paroles tristes, ne voulant pas for­cé­ment dire que les musi­ciens exprimeraient des sen­ti­ments de plus en plus négat­ifs. On ne sait donc pas encore si la musique pro­duite est de plus en plus triste. Mais celle qui est la plus écoutée l’est, année après année.

(Vis­ité 193 fois)