Skip to main content
©GTA Trilogy / Rockstar Games
6 décembre 2021

Les radios de GTA : histoire d’une révolution

par François Brulé

Si la franchise Grand Theft Auto se classe à la deuxième place des jeux vidéo les plus vendus au monde, c’est en grande partie grâce à sa bande-son fantastique. Pour la sortie de GTA III en 2001, Rockstar Games, éditeur du jeu, permet aux utilisateur.trice.s de choisir leur musique parmi neuf stations de radio thématiques différentes (du disco au hip-hop en passant par la drum and bass et le dub), que l’on peut écouter lorsqu’on conduit une voiture dans le jeu. Et tout va changer. En totale immersion, cette nouveauté va avoir un tel impact auprès des joueurs qu’on en ressent encore les effets deux décennies plus tard, comme chez certains DJs fans du jeu qui avouent l’énorme influence que la BO a eu sur eux et leurs goûts musicaux. S’ajoute à cela le travail réalisé autour de la narration et GTA s’ancre définitivement comme un objet iconique de la pop culture des années 2000. À l’occasion de la sortie en novembre dernier de GTA Trilogy, une compilation avec des graphismes améliorés des trois volets qui ont définitivement lancé la franchise (III, Vice City et San Andreas), on revient sur 20 ans de radios légendaires et sur la marque indélébile qu’elles ont laissé tant sur les joueurs que les musiciens.

20 ans plus tard, c’est toujours un infini plaisir de (ré)écouter l’intégralité de Fever 105 ou de Flash FM. À l’instar de toutes les autres, ces deux stations de radio du jeu Grand Theft Auto: Vice City ont marqué tout un public s’étendant bien au-delà de la communauté gaming. On pourrait presque s’autoriser à dire qu’elles ont ramené tout un tas de classiques disco, funk et pop sur le devant de la scène. Le succès de la station fictive Fever 105 n’a d’égal que le réflexe qu’elle déclenche chez beaucoup : refaire tout fort la grosse voix de son jingle, « fever one o five ». Vous savez de quoi on parle.

Par amour du son

Sorti en 2002, GTA: Vice City et sa bande-son se sont inscrits dans les mémoires pour toujours. “À l’époque, j’avais réalisé une compilation perso des morceaux de Fever 105 tant je les kiffais ! Comme Shazam n’existait pas, je retrouvais les morceaux sur MySpace en tapant les refrains sur Internet. Ensuite, je les téléchargeais sur LimeWire pour enfin les graver sur un CD”, décrit Thomas Chatriot, rédacteur en chef de gTV, chaîne spécialisée sur la culture gaming. Ce véritable parcours du combattant pour pouvoir réécouter la bande originale d’un jeu vidéo peut paraître insensé, mais en s’intéressant à chacun des GTA, on se rend compte à quel point les frères Houser, à la tête de Rockstar Games, sélectionnent avec soin les morceaux des différentes stations de radios. Dans cet open world de gangster, où l’on finit le jeu en enchainant des missions pour différents protagonistes, il est également possible de déambuler au volant de plusieurs véhicules. Un choix de stations de radio thématiques s’offre alors aux joueur.euse.s. “Sur Vice City et San Andreas, on compte environ une dizaine de morceaux par station, donc au bout d’un moment, je les connaissais tous par cœur, explique Tanguy Le Maître, DJ connu sous l’alias Master Phil et fan de GTA. Même si la musique du III est beaucoup plus limitée car elle reprend des morceaux de Scarface, tu retrouves, sur les jeux suivants, des titres moins évidents d’artistes connus tels que Lionel Richie ou encore Phil Collins. Sur San Andreas, je me souviens d’un morceau des Who trop chan-mé ! Dans Vice City, j’adore conduire en écoutant le classique « Africa » de Toto sur Emotion 98.3 ou « Self Control » de Laura Branigan sur Flash FM.”

“Je me revois en marcel au volant de la Sanchez sur les routes du Red County en train d’écouter du Willie Nelson. Sans ce jeu, je ne serais jamais allé écouter certains morceaux qui font partie désormais de mes références.” – DJ 13NRV

Au même titre que Master Phil, DJ 13NRV, lui aussi producteur, garde en tête ces longues balades au son des radios de GTA. “Je me revois en marcel blanc au volant de la Sanchez, ma moto préférée, sur les routes du Red County en train d’écouter du Willie Nelson, confie Hugo, aka DJ 13NRV, rempli de nostalgie. Disposant d’une grosse expérience de gamer, GTA reste le jeu qui a le plus influencé ma culture musicale. Sans ce jeu, je ne serais jamais allé écouter certains morceaux qui font partie désormais de mes références.” À tel point qu’en 2013, après la sortie de GTA V, il compile ses tracks préférés dans une playlist sur son compte Spotify. À ce moment-là, il ne pensait pas, quelques années plus tard, devoir produire lui-même la bande originale de KHTOBTOGONE, un film réalisé directement dans GTA. Sorti en 2021, le court-métrage de Sara Sadik est un joli conte moderne qui se déroule dans un Marseille reconstitué dans le jeu. ”J’étais content de participer à ce projet cool qui s’inscrit dans l’ère du temps”, confie l’artiste qui prend du plaisir à imaginer la musique accompagnant les balades en moto du personnage principal sur la côte marseillaise. Même si la bande originale composée par DJ 13NRV s’inscrit davantage dans la tendance des musiques actuelles, ce travail lui rappelle logiquement les heures passées sur GTA. “À cette période de ma vie, j’étais inscrit à la fac sans y aller très souvent. On passait des nuits entières à jouer entre potes. Les musiques de GTA sont liées à ces moments de ma vie.” Du III au V en passant par San Andreas, les stations favorites de DJ 13NRV construisent tout un pan de sa culture. “Je me souviens surtout de MSX, une station drum and bass, qui a clairement été mon premier contact avec la musique électronique”, évoque le producteur de frapcore. Des goûts qui font sens à l’écoute des titres sortis par DJ 13NRV aujourd’hui, alors que son plus gros coup de cœur musical dans GTA risque d’en étonner plus d’un : “Les radios country, K-rose sur San Andreas et Rebel Radio sur GTA V, m’ont marqué à vie ! Avec des blagues entre les morceaux, c’est un régal ! Si des noms comme que Willie Nelson ou Hank Williams me parlent, c’est clairement grâce à GTA. J’ai retrouvé tous ces titres pour les mettre dans ma playlist”, confie le DJ qui connaît désormais ses classiques de country sur le bout des doigts.

« Les radios permettent de se construire une culture musicale. Aujourd’hui, ça nous paraît évident de connaître ces morceaux mais en réalité c’est parce qu’on les a écouté en boucle sans s’en rendre compte. » DJ Master Phil

S’il a toujours zappé la station country, Master Phil partage le même constat que son homologue marseillais. “Sur les derniers GTA, des véritables stations telles que Soulwax, Worldwide FM de Gilles Peterson ou encore FlyLo FM de Flying Lotus permettent de se construire une culture musicale. Ça m’a fait découvrir des morceaux de Robert Plant ou de The Alan Parsons Project, remarque le natif de Chelles en Seine-et-Marne. Aujourd’hui, ça nous paraît évident de connaître ces morceaux mais en réalité c’est parce qu’on les a écouté en boucle sans s’en rendre compte.”

“L’art de flâner”

Lorsque l’on joue à GTA, on peut facilement se perdre entre deux missions. Mathieu Lallart, auteur du livre La Saga GTA – Transgressions et Visions de l’Amérique, évoque “un aspect philosophique autour de l’art de déambuler et de flâner ». En effet, dans tous les épisodes – depuis que le jeu est en 3D (GTA III) – il est possible de se promener au sein d’un monde ouvert et de faire ce que l’on désire. “On retrouve une notion de procrastination. Par exemple, notre fille dans le jeu peut être prise en otage et pour autant on se rend dans une boutique pour s’acheter un costard, s’amuse Mathieu Lallart. J’ai des amis qui déambulent dans la ville sans jamais avancer le cours du jeu. Ils s’amusent juste à tuer des gens puis à semer la police.” Si cette façon de jouer n’est pas le but premier, elle reste envisageable. Et c’est là que se situe toute la force de la franchise GTA : la liberté accordée aux joueur.euse.s. Au même titre que ses activités, il est également possible de choisir ses musiques. “Elles sont destinées à plonger le joueur dans un univers. Le fait de pouvoir changer de radio dans le jeu comme dans la vie favorise l’immersion. Sans compter qu’il s’agit de chansons entendues dans la vie réelle”, ajoute l’auteur.

Un procédé inédit dans l’histoire du jeu vidéo. Conscient de l’avancée, même s’il préfère Animal Crossing à GTA, Teki Latex, DJ français et grand fan de gaming, estime que le jeu de Rockstar Games “a changé la manière d’appréhender la musique de jeu vidéo”. Cette révolution va de pair avec le format des consoles. “Dans les années 80 et 90, la musique de jeu vidéo est un style à part entière. Les fabricants n’ont pas d’autres choix que d’adapter leurs musiques aux cartouches 8 bits ou 16 bits”, détaille l’ancien rappeur du groupe TTC. La plupart du temps, la personne chargée de la musique produit quelque chose spécialement pour le jeu, sauf pour quelques cas de figures où les compositeurs 8 et 16 bits se calquent sur des morceaux existants. “Sur le jeu des Goonies, par exemple, ils ont reproduit le morceau de Cindy Lauper en 8 bits, note Teki Latex. Tout se révolutionne avec l’arrivée des CDs. À ce moment-là, cela devient comme de la musique de films. GTA a anticipé la playlist Spotify intégrée aux jeux vidéo. Tu peux choisir d’écouter un morceau de g-funk ou de heavy metal quand tu te fais courser par les flics. C’est en fonction de tes goûts. Ce qui permet de ratisser très large.”

 

À lire également
Club music et jeux vidéo : l’impressionnante mixtape de Teki Latex et Nick Dwyer

 

Vive le cinéma !

Une révolution technologique qui permet aux frères Houser de se rapprocher d’une industrie qu’ils ont toujours adorée : le cinéma. Avec une mère actrice, un père avocat et musicien de jazz, Sam et Dan Houser construisent, dès leur plus jeune âge, une fascination pour la culture américaine via le cinéma, les séries TV et la musique. Originaires de Londres, ils passent leur jeunesse à écouter les sorties du label Def Jam tout en jouant aux premiers jeux vidéo. Cette vision caricaturale des États-Unis se retrouve dans GTA III et se précise au fil des sorties de la saga. Fan de Miami Vice, des Sopranos ou encore de Heat, Sam Houser s’imprègne de toutes ces références pour construire l’univers de GTA. “Les frères Houser voulaient proposer un jeu de simulation de criminalité donc ils ont directement pensé aux musiques pour plonger le joueur en immersion, décrit Mathieu Lallart. GTA se devait de proposer une bande originale toute aussi culte que celle de Miami Vice. Grâce à son scénario et à ses radios, le jeu est devenu un objet ultra-populaire car ses références parlent au public qui partagent cette vision européenne des États-Unis construite par MTV.”

« Avec GTA, les jeux deviennent des films. » Sébastien Abdelhamid, journaliste

Un succès tel que le dernier jeu, GTA V, a atteint les 150 millions d’exemplaires vendus à travers le monde. “Avec GTA, les jeux deviennent des films, estime Sébastien Abdelhamid, journaliste pour Clique TV. Les développeurs de Rockstar Games ont essayé de sortir la BO idéale en fonction de leurs propres goûts et de faire découvrir d’anciens titres à une jeune génération.” Qu’elles soient cinématographiques ou musicales, toutes ces influences parlent au public de la première heure ayant grandi avec les mêmes consommations culturelles que les frères Houser. “Le procédé est proche des films de Quentin Tarantino. Ses BO sont systématiquement très attendues. Le public veut découvrir de nouveaux morceaux. Je pense que c’est la même chose avec GTA, conclut Mathieu Lallart.

©GTA Trilogy / Rockstar Games

 

Radio Nostalgie

Tout ce travail d’orfèvre réalisé autour de la musique et de la narration a largement atteint ses objectifs lorsque l’on constate la nostalgie présente aujourd’hui autour du jeu. Le 11 novembre 2021, Rockstar Games sortait GTA Trilogy, une compilation des trois opus les plus mythiques avec des graphismes améliorés : III, Vice City et San Andreas. Une version remasterisée qui suscite beaucoup d’excitation : “En y jouant, mon premier réflexe a été de prendre une caisse et de rouler dans la ville pendant 15 minutes au son de la radio, explique Master Phil de façon évidente. Bien sûr qu’il y a des tracks de GTA que je peux jouer en DJ set, comme « Let The Music (Use You) » de The Nightwriters, « Voodoo Rave » de A Guy Called Gerald ou « Pacific » de 808 State. Mais « Twilight » de Maze reste celle qui m’a le plus marqué.”

« Ça faisait marrer mes parents de voir que je connaissais par cœur ce tube daté de plus de 20 ans à l’époque. » DJ 13NRV

De son côté, DJ 13NRV avoue aussi être parfois influencé par le jeu des frères Houser au moment d’enregistrer un mix. “Les titres présents sur les stations MSX, Electrochoc et The Journey me donnent des idées, explique le DJ qui s’amuse davantage avec les fausses pubs et émissions. Depuis que mon anglais s’est amélioré, je me suis déjà surpris plus récemment à réécouter les podcasts de libre antenne du jeu.”

Tout le monde est unanime, la musique de GTA est mythique. Pourtant, à chaque sortie, ce jeu, interdit au moins de 18 ans, accumule les polémiques. Souvent les parents refusent de l’acheter. Toutefois la musique du jeu (encore elle) a pu jouer un rôle de pommade adoucissante auprès de ces derniers. “J’ai un souvenir de mes parents derrière moi qui réagissent en reconnaissant un morceau. C’était sûrement le seul moment où ils pouvaient apprécier le jeu”, se rappelle Master Phil. Même chose pour Hugo, alias DJ 13NRV, qui fredonne régulièrement le refrain d’ »Africa » de Toto dans la maison familiale. “Ça les faisait marrer de voir que je connaissais par cœur ce tube daté de plus de 20 ans à l’époque”, confie le producteur marseillais.

 

À lire également
Rockstar Games (GTA) lance son propre label de tech house avec un acteur majeur d’Ibiza
Moodymann, Palms Trax : de nouveaux DJs débarquent dans GTA V

 

Loin d’être rassasiée par GTA Trilogy, la communauté gaming attend de pied ferme le prochain bébé Rockstar Games. Jusqu’ici, les développeurs du jeu ont toujours fait passer leurs goûts musicaux avant toute logique commerciale. Une politique qu’ils semblent conserver puisque Snoop Dogg a récemment lâché, dans une interview accordée à Rolling Stone, que Dr. Dre travaillerait actuellement sur la bande son de GTA VI. “Hope you ready for the next episode”.

©GTA Trilogy / Rockstar Games

Visited 249 times, 1 visit(s) today