L’expérience pakistanaise des Karachi Files enfin en image

En mai 2015, bon nom­bre de DJ et pro­duc­teurs élec­tron­iques sont venus du Pak­istan, des Mal­dives ou encore d’Alle­magne pour se retrou­ver à Karachi, cap­i­tale indus­trielle du Pak­istan. Ils suiv­aient un mou­ve­ment de ren­con­tre lancé par Hannes et Andi Teich­mann, deux frères aus­si con­nu en tant que Gre­brüder Teichmann. 

Au bord de la mer à Karachi, un mai­son a été rénovée et trans­for­mée un stu­dio. Un endroit idéal pour accueil­lir un tel rassem­ble­ment. Pen­dant deux semaines, sans quit­ter cette mai­son, les artistes réu­nis ont créé et pro­duit sans relache. En résulte les Karachi Files, une col­lec­tion de sons et de morceaux enreg­istrés qui mélan­gent les dif­férentes cul­tures, l’e­space et les influ­ences. Un tra­vail remar­quable qui per­met à la musique élec­tron­ique de s’im­planter un peu plus dans des régions où elle n’est pas encore vrai­ment approuvée. 

Un an après, l’ex­péri­ence de ce proces­sus créatif est mis en image par Pablo Lauf, qui avait passé les deux semaines la caméra au poing. La vidéo fait office de clip pour accom­pa­g­n­er le titre “Dis­solve” de Taprikk Sweezee, Rudoh et Gebr, extrait de l’al­bum Karachi Files, un sou­venir indis­sol­u­ble du Pak­istan qui repren­dra vie en live le 14 mai prochain à Berlin pen­dant le fes­ti­val From Inside To Way Out. 

(Vis­ité 108 fois)