Skip to main content
5 octobre 2022

Ma Cabane à Paname : quand le Canada s’invite au MaMA

par Adèle Chaumette

Le MaMA vient mouvementer la butte Montmartre et ses environs pour trois jours de festival alternant musique et multiples conventions. Pour sa treizième édition, le MaMA a réquisitionné les salles emblématiques du quartier et annoncé 110 concerts d’artistes d’horizons différents . Parmi eux, des figures émergentes originaires de l’autre coté de l’Atlantique qui nous donneront un aperçu de la nouvelle scène musicale canadienne et québécoise.  

Cette année, le MaMA sera partagé entre le 18ème arrondissement et le Canada, invité à exposer sa nouvelle scène musicale du 12 au 14 octobre prochain. Dans le même esprit de pensée que le MaMA, Ma Cabane à Paname se révèle éclectique en proposant des artistes jazz, rock, pop, folk et hip-hop aux influences multiples. Dans ce road-trip musical, on croisera la route de nouvelles figures émergentes de la pop canadienne comme le tandem Bibi Club, formé d’Adèle Trottier-Rivard et Nicolas Basque. Annoncé en « vedette », le duo perfomera en showcase le mercredi en direct du Bar à Bulles, petit havre de paix dont le coté secret se mariera sûrement très bien avec la musique intime et onirique du groupe. Ce même jour, on découvrira le Rnb revisité tinté de la pop de Soran, pépite québecoise à suivre de près. Sur un thème plus smooth, on pourra s’évader un bon coup avec la pop planante mélancolique de la jeune montréalaise Thaïs qui se produira le vendredi au NO.PI.


À lire aussi MaMa festival : l’ébullition musicale sous le Sacré Coeur

Jeudi soir, il faudra se rendre à La Machine du Moulin Rouge pour assister au concert d’Alias, multi-instrumentiste et compositeur à la pop psyché planante. Pour les amateurs de rock, allez à la rencontre de Choses Sauvages, connu pour ses performances scéniques folles, qui nous offrira un moment rock sur fond de funk et d’indie. Le groupe sera présent mercredi soir au Backstage by the Mill (arrière-salle du Sullivan Blanche, pour les fins connaisseurs). Toujours en provenance de Montréal, on ira écouter Gus Englehorn qui, lui, s’affichera plus garage avec un rock sombre et déjanté, le tout accompagné d’une guitare hystérique. Côté féminin on appréciera Lou-Adriane Cassidy et de sa pop-rock tout en sensualité. Dans un autre registre, la chanteuse Vanille nous plongera dans une ambiance folk des sixties et on aura enfin le plaisir de s’ambiancer sur une vibe carrément hip-hop jazz avec le polyvalent L.Teez, au rap nourris d’influences plurielles.

On à hâte de bouger au son de la nouvelle scène canadienne/québecoise, tout en déambulant dans l’un des quartiers les plus fous de Paris. En attendant, toutes les infos sur cet aparté Canadienne juste ici !

Visited 18 times, 1 visit(s) today