Skip to main content
© Alexia Cayre
20 mai 2022

👀 Maud Geffray publie son nouvel album et lñche un clip avec Rebeka Warrior

par Guillaume Monnier

Maud Geffray signe son retour avec Ad Astra. Un album qui explore, oĂč la Française change la recette de son prĂ©cĂ©dent. Sorti ce 20 mai ce projet vaut le dĂ©tour autant que le clip de « I Fall at 5 », morceau oĂč Maud Geffray a collaborĂ© avec Rebeka Warrior. 

Les Ă©toiles se sont alignĂ©es. Une demi-dĂ©cennie aprĂšs Polaar, Maud Geffray sort son nouvel album Ad Astra. Un voyage cosmique qui, Ă  dĂ©faut d’ĂȘtre semĂ© d’embĂ»ches ou de totalement dĂ©sarçonner celui qui l’Ă©coute, explore les genres de la musique Ă©lectronique. Ce n’est pas un voyage dans un Ă©troit et lugubre trou noir dans lequel Maud Geffray nous emmĂšne, mais bien dans un pĂ©riple « vers les Ă©toiles »… Et pourtant, le clip de la productrice peut potentiellement nous faire mentir. Protagonistes pensives lancĂ©es dans une quĂȘte vers ailleurs, paysages sombres et Ă©tranges objets : l’ambiance du clip de « I Fall at 5 » nous remet les pieds sur terre. Le voyage vers les Ă©toiles de la Française ne sera pas non plus un long fleuve tranquille. Et sur ce single, l’artiste s’allie Ă  la talentueuse membre de Sexy Sushi, Mansfield.TYA et Kompromat, Rebeka Warrior, pour nous le faire comprendre.

 

À lire Ă©galement
👀 Clip cathartique, l’étrange “Way out” signe le retour de Maud Geffray

 

(Re)dĂ©couvrez la chronique issue du Tsugi 150 : Dylan Dylan, u.r.trax, Marina Trench, Romane Santarelli : Électro, le Monde d’AprĂšs et rĂ©digĂ©e par Brice Miclet

Pochette de Ad Astra

En latin, « ad astra » signifie « vers les étoiles ». Le second album solo de Maud Geffray est donc placé sous le signe des envolées sonores, d’un optimisme électronique et de l’expérimentation. Il n’est pourtant pas question de révolutionner quoi que ce soit. Avec Ad Astra, la productrice française, moitié de Scratch Massive, utilise une rampe de lancement pour apaiser la noirceur qui habitait son premier album, Polaar, sorti en 2017, et amener de la lumière à sa discographie. Capable d’explorer l’eurodance totalement décomplexée, de bifurquer vers des titres beaucoup plus langoureux drapés de nappes synthétiques, de virer pop, souvent, Maud Geffray semble avoir remis les compteurs à zéro pour se défaire de son passé artistique. Exit les errances techno, exit les voix ténébreuses : son chant se fait éclatant, autotuné. Produit avec l’aide de Krampf, éminent membre du collectif Casual Gabberz, qui signe d’ailleurs un duo sur le morceau « PLUR », cet Ad Astra a ses instants de grâce comme ses indigestions, ses passages voluptueux et ses élucubrations convenues. Mais jamais Maud Geffray ne semble tomber dans la facilité. Vers les étoiles, elle trace une trajectoire qui dévie parfois, qui n’a rien de rectiligne. En cela, cet album vaut le détour.

Brice Miclet

Visited 18 times, 1 visit(s) today