Notre top album 2017 à mi-parcours

Juin, sa fête de la musique, ses rayons de soleil, ses fes­ti­vals… Et son bilan de mi-année ! Alors que 2017 est déjà sacré­ment bien entamé, on a fait le tour de la rédac’ pour con­coc­ter un petit réca­pit­u­latif des plus belles sor­ties de ces derniers mois. Un très bon cru, avec quelques noms revenant régulière­ment par­mi nos coups de coeur, comme DBFC, Spoek Math­am­bo, Mac DeMar­co ou “Mis­eri­cor­dia” de W.LV.S.

 

Selon Patrice Bardot

Les albums : 

Spoek Math­am­bo — Mzan­si Beat Code [Prospect/No For­mat]

La house est malaxée sous les influ­ences africaines, un grand album par un producteur/rappeur/chef d’orchestre qui est en train de mar­quer de son empreinte la scène élec­tron­ique.

  • DJ Hell — Zukun­ftsmusik [Gigo­lo / La Baleine]
  • Fish­bach — A ta mer­ci [Entreprise/A + LSO/Sony]
  • Ben­jamin Bio­lay — Volver [Bar­clay]
  • DBFC — Jenks [Her Majesty’s Ship/PIAS]
Les morceaux : 

Le Ville­juif Under­ground — “Le Ville­juif Under­ground” [Born Bad Records]

Affreux, sales et méchants, le groupe de rock le plus exci­tant de notre pays. Au moins.

Selon Antoine Dabrowski

Les albums : 

Sleaford Mods — Eng­lish Tapas [XL Record­ings]

Ça sent la bière dans un pub à la moquette défraîchie et c’est surtout le cri des lais­sés pour compte du Royaume-Uni sur fond d’electro lo-fi. Indis­pens­able.

  • Spoek Math­am­bo — Mzan­si Beat Code [Prospect/No For­mat]
  • DBFC — Jenks [Her Majesty’s Ship/PIAS]
  • Malik Djou­di — UN [La Souter­raine]
  • Isaac Delu­sion — Rust & Gold [micro­qli­ma]
Les morceaux : 

Yan Wag­n­er — “Slam­Dunk Cha-Cha” [Her Majesty’s Ship]

Le retour aux affaires du meilleur chanteur de la scène élec­tro qui laisse par­ler le croon­er qui est en lui, quelque part entre Sina­tra et Bowie. On attend son deux­ième album pour sep­tem­bre. Vive­ment la ren­trée !

Selon Clémence Meunier

Les albums : 

Fyfe — The Space Between [Ben­vo­lio Music Limited/Believe]

Onze titres sur la nais­sance, la mort, et tout ce qui peut bien se pass­er entre les deux : avec son deux­ième album The Space Between, l’Anglais Fyfe atteint des som­mets de song­writ­ing et de sen­si­bil­ité, pour sor­tir les mou­choirs sur fond de pop sacré­ment bien foutue.

Les morceaux : 

W.LV.S — “Mis­eri­cor­dia” [Astrop­o­lis Records]

On l’au­ra atten­du ce titre, enten­du pour la pre­mière fois à la toute fin de Sous le don­jon de Manu Le Malin - excel­lent docu s’in­téres­sant, vous l’au­rez com­pris, à Manu Le Malin. Mais ça y est, il y a peu de temps Astrop­o­lis Records sor­tait enfin ce retourneur de dance­floor signé W.LV.S, le nom que se don­nent Elec­tric Res­cue et The Dri­ver (un autre alias de Manu) quand ils offi­cient en duo et en tech­no. Impa­ra­ble :

Selon Lucas Martin

Les albums : 

Ryuichi Sakamo­to — async [Commons/Milan]

Avec 40 ans de car­rière au comp­teur, le musi­cien, com­pos­i­teur, pro­duc­teur et acteur (oui oui, tout ça) japon­ais Ryuichi Sakamo­to est revenu en ce début d’année avec async, un album ambi­ent d’une beauté cathar­tique. C’est surtout la pre­mière fois qu’on entend le génie nip­pon depuis qu’on lui a diag­nos­tiqué un can­cer de la gorge en 2014, et on est heureux qu’il soit tou­jours là.

Les morceaux : 

Joey Bada$$ — “Rock­abye Baby feat. ScHool­boy Q” [Pro Era Records]

Sor­ti une semaine avant celui de Kendrick Lamar, l’album de Joey Bada$$ a for­cé­ment eu du mal à s’élever au dessus de l’ouragan qu’à provo­qué DAMN.. Et pour­tant, le sec­ond LP du rappeur new-yorkais est une petite bombe qui con­firme que Joey est un (le?) des meilleurs espoirs du rap améri­cain. Extrait.

Selon Théo Meunier

Les albums :

Goldlink — At What Cost [Squaaash Club/RCA Records]

Si Wash­ing­ton est la cap­i­tale admin­is­tra­tive, celle-ci peine à exis­ter sur la carte du rap améri­cain. Une don­née qui pour­rait bien­tôt chang­er notam­ment avec l’arrivée de Goldlink. Pro­duc­tions entraî­nantes qui emprun­tent à la house, flow rapi­de moitié chan­té moitié frap­pé ou para­chutage 40 ans en arrière dans l’ambiance des block par­ties : Goldlink pro­pose cock­tail aux saveurs var­iées à déguster dans n’importe quel con­texte.

Les morceaux : 

Frank Ocean — “Bik­ing feat. Jay‑Z & Tyler, The Cre­ator” [odd future]

Pour les avoir déjà enten­dus sur le morceau “Slater”, on con­nais­sait déjà la pas­sion de Frank Ocean et Tyler, The Cre­ator pour les bal­lades en vélo. Une pas­sion qu’ils nous dévoilent une nou­velle fois sur le morceau “Bik­ing”. Avec un cast­ing pareil encore faut-il que l’alchimie opère, et c’est ici le cas. Jay Z fait office de chauf­feur de salle, Tyler, The Cre­ator bal­ance un cou­plet sur sa roue arrière et Frank Ocean se laisse aller à un flow et des petits cris aux accents de Young Thug. Que deman­der de plus ?

Selon François Blanc

Les albums : 

Camille — OUÏ [Because Music]

La plus grande artiste pop française en activ­ité sort un album d’exception, où ses expéri­men­ta­tions vocales se par­ent d’électronique et trou­vent leur place sur des chan­sons incroy­able­ment bien troussées. La per­fec­tion.

Les morceaux : 

Amber Coff­man — “City Of No Reply” [Colum­bia]

Tout le monde se fout de ce pre­mier album solo d’Amber Coff­man, anci­enne mem­bre de Dirty Pro­jec­tors par­tie après sa rup­ture avec Dave, le leader, qui pro­duit finale­ment ce pre­mier album solo. Mais tout le monde devrait écouter ce tube pop incroy­able, qui fera mon été.

Selon Benoît Carretier

Les albums :

Dauwd — The­o­ry Of Colours [Technicolour/Ninja Tune]

Lais­sez mijot­er le jeune Dauwd pen­dant un an dans un stu­dio d’Utrecht où repose l’une des plus grandes col­lec­tions européennes de syn­thés mod­u­laires et vin­tage. Dégustez ensuite sept titres kraut-house analogiques déli­cieuse­ment régres­sifs et brumeux. Sub­lime.

Les morceaux : 

Crooked Man “Hap­pi­ness (Juan Maclean remix)” [DFA Records]

L’au­teur du meilleur album de 2016 s’of­fre le meilleur pack de remix­es avec les New-Yorkais Juan MacLean et Whatever/Whatever (qui démonte “I’ll Be Lov­ing You”). Dope !

Pour savoir qui est qui (coucou Marie-Ange Nar­di !), notre trom­binoscope est par là

(Vis­ité 4 531 fois)