Skip to main content
©Clip de La Fève - Mauvais payeur
5 janvier 2022

🔊 NOUVEAUX FUTURS : 10 futurs poids lourds du rap qui ont brillé en 2021

par Brice Miclet

Il y a des annĂ©es comme ça. En 2021, les poids lourds du rap français ont eu l’air moins inspirĂ©s que d’habitude. Certes, Laylow, Ninho, Jul, Booba, Damso, Orelsan ou encore SCH ont fait l’actualitĂ©. Mais tous nous avaient habituĂ©s Ă  mieux. La faute au Covid-19 ? Pour compenser, voici une liste de futurs poids lourds qui ont brillĂ© de mille feux en 2021, parfois sous les radars, et qu’on va davantage entendre en 2022, c’est certain.

 

  • Si vous aimez JPEGMafia et le label Stone Throw : joaqm

Il est relativement rare d’entendre de jeunes beatmakers et rappeurs français se frotter aux expérimentations abstract hip-hop ou aux instrus désarticulées. « Faire un hit bof, mais le classique je suis cap », scande le Parisien joaqm sur son titre « Quinte Foch Royale ». Extrait de son excellent album La liste de lecture Fm 70.7, il est un bel exemple de la malice qui se dégage de ses textes détachés, parfois absurdes, et de ses productions offbeats bourrées de fines distorsions. Un beau rap d’esthète.

 

Ă€ Ă©couter Ă©galement
🏆 Playlist NOUVEAUX FUTURS : 100 tracks qui ont fait 2021 (et feront 2022)

 

Frontal. Il n’y a pas d’autre mot. Après s’être fait une petite place dans le rap jeu avec sa série de freestyles #FSR ces trois dernières années, voici qu’Olazermi a décidé de passer un cap en 2021. Son premier essai, OTCHO, entièrement produit par Ikaz Boi, est une sacrée bastos. Avec une voix ténébreuse, qui trahit sa filiation avec son cousin Stavo (membres phare de 13 Block), il a attiré l’attention du mastodonte Def Jam. Pour ceux qui aiment prendre des baffes musicales, ça réveille.

  • Si vous aimez Damso : Smeels

Originaire de Bordeaux, Smeels a sorti son superbe album Par amour et pour le geste en 2021, bénéficiant d’un beau succès d’estime. Cela fait cinq ans que ses mixtapes lui ont permis d’affirmer un sens de la mélodie de plus en plus aiguisé et de désormais livrer une musique surplombée par une voix vaporeuse, habillée de reverb. Il y a quelque chose de faussement blasé dans ses textes, avec une parfaite dose d’arrogance et de poésie.

 

Ă€ Ă©couter Ă©galement
🚀 Qu’écouter après Le Classico Organisé de JUL ?

 

  • Si vous aimez les virĂ©es nocturnes en scooter : ZinĂ©e

Comment parler du rap en 2021 sans évoquer Zinée ? La rappeuse originaire de Toulouse, mais Parisienne d’adoption, est en train de conquérir les cœurs avec une voix fluette souvent autotunée, parfois aussi totalement dénuée d’artifices. En 2020, elle sortait l’EP Futée, avant-goût de son excellent album Cobalt paru en 2021. « Timide, vaillante, j’ai pas peur de ces acteurs / Face à tous ces rappeurs j’finis gagnante », assène-t-elle sur le titre « Agrafe ». Comme pour rappeler qu’il n’y a pas besoin de rapper vite et fort pour se faire entendre. Il faut avoir des choses à dire, et de la singularité. Zinée n’en manque pas, et prouve qu’on devrait entendre de plus en plus parler d’elle en 2022.

  • Si vous aimez le DMV flow : Big B

Si vous aimez les voix nasillardes inspirées des trap lords américains, mais sauce de chez nous, voici Big B. Il est l’un des dignes représentants du DMV flow, cette manière de rapper venue de la côte est américaine, plus précisément du Maryland et de la Virginie. Pour les profanes du sous-genre, se mettre dans le bain peut être périlleux. Mais une fois qu’on est dedans, la musique est délicieuse. Sur ses deux EPs dix titres parus en 2021, à savoir No Competition 1 et No Competition 2, il se fait parfois ravageur comme sur « Kronic Kill », ou plus mélodique sur « Huncho ». Savoureux.

  • Si vous aimez le hip-hop français sans concession : Souffrance

Souffrance n’est pas un nouveau venu. Il est même plutôt du genre à avoir de la bouteille. Mais que voulez-vous : son dernier album Tranche de vie est si dégoulinant de maîtrise et de sincérité qu’il fallait qu’il fasse partie de cette liste. À dominance boom-bap, sa musique auparavant parfaite au sein du groupe L’Uzine est faite d’authenticité et de technique, de textes chiadés et ancrés dans une certaine tradition rap. Invité sur le gigantesque projet Le Classico Organisé, qui a vu Jul réunir 157 rappeurs sur un même album, il a bénéficié d’une nouvelle exposition au milieu de la masse. Mérité, cent fois.

  • Si vous aimez Luidji : Tuerie

Sur le label Foufoune Palace, créé par l’excellent Luidji, il y a Tuerie, qui vient de sortir son premier EP intitulé Bleu Gospel. Originaire de Boulogne-Billancourt, le rappeur offre un rap très bien orchestré, capable de digérer les inspirations funk, trap ou les pianos omniprésents. L’esprit est vif, l’écriture fournie… En huit titres, Tuerie rend visite à un nombre de sous-genres affolant. Les titres « Puff » ou « PRÊCHE ! » en sont une preuve irréfutable.

 

Ă€ Ă©couter Ă©galement
🚀 Qu’écouter après Civilisation d’Orelsan ?

 

Du brut qui va à l’essentiel. Si vous aimez le rap kicker et les voix graves, Tedax Max est l’homme qu’il vous faut. La maîtrise technique est évidente, la rythmique est malmenée avec brio, notamment sur ses superbes EPs sortis en 2021, nommé Forme Olympique et Forme Olympique: Middle Season. Digne représentant de la scène lyonnaise en pleine effervescence, il est à classer dans la catégorie d’Alpha Wann, qui n’a pas manqué de mettre son talent en avant. Parmi les nombreux morceaux à retenir, on trouve Thomas & Laimbeer, aux influences trap et jazz, sans concession.

  • Si vous voulez briller auprès de vos potes les plus connaisseurs : Natya

Nouvelle venue sur la scène rap, Natya est à l’aube de sa carrière. Passés totalement sous les radars, ses quatre singles sortis en 2021 montrent pourtant un talent indéniable, un naturel rap succulent. Les morceaux « Bourbon » ou surtout « Récupérer » laissent espérer que quelqu’un allume l’étincelle qui manque à son éclosion. Il y a de quoi faire.

Pour finir, deux pour le prix d’un. Khali et La Fève font partie des fers d’une nouvelle génération, s’étant notamment fait un nom dans le microcosme rap de Twitter. Une fanbase solide, le même beatmaker attitré, à savoir Kosei, une manière déroutante de bousculer les carcans rap établis… Avec son album Laïla, Khali a montré que son rap nasillard et son écriture désabusée n’était pas un feu de paille. Quant à La Fève, qui avait déjà remué 2020 avec son projet Kolaf, il a distillé ERRR, un excellent premier album porté par le single « Mauvais payeur ». Ceux-là font partie de l’avenir, c’est déjà certain.

Visited 129 times, 1 visit(s) today