Skip to main content
14 juillet 2014

On y était : Lives Au Pont

par rédaction Tsugi

Pour sa quatrième édition, le festival Lives au Pont qui se déroule comme son nom l’indique sur le site historique du Pont du Gard, a rassemblé 30.000 personnes du 10 au 11 juillet, soit 5.000 de plus qu’en 2013. Mais organiser un festival dans un cadre historique, ce n’est pas forcèment un gage automatique de qualité. Bravo donc à cet événement qui a sû aussi nous gratifier d’une très belle programmation.

Lors de la première soirée à tendance hip-hop/soul avec Method Man & Redman,  Chinese Man, Keziah Jones, London Grammar, James Blake et Dj Pone, les organisateurs ont bien illustré leur ligne de conduite : « Nous préférons faire venir des musiciens de grande qualité, mais difficile à voir dans le sud de la France, plutôt que des artistes comme Stromae, tout aussi géniai mais qui écume tous les festivals » explique Paolo Toeschi, responsable du site du Pont du Gard, et à l’origine du projet Lives au Pont.

La soirée pop, rock, électro du lendemain a été du même (haut) niveau. Les quelques 14.000 personnes présentes ont pu y applaudir Phoenix, qui s’est fait rare cette année en festival, Metronomy, de retour deux ans après sur une scène qu’ils considèrent comme « le meilleur festival de France », Tim Paris et le groupe La Femme.

Sur les coups de minuit, il était temps de faire place aux DJ’s pour transformer la scène en dancefloor. Le Norvégien Todd Terje puis Chloé, venue remplacer Seth Troxler victime d’un problème de santé ont finit de nous achever avec le talent qu’on leur connaît, en donnant dans la house ludique pour le premier et un courant plus minimal et mental pour la seconde .

Si le festival connaît un succès en constante hausse depuis ses débuts, Paolo Toeschi affirme ne pas vouloir en rester là. « Nous venons de recevoir 46.000 personnes en trois jours (La veille du festival, le Pont du Gard était l’hôte du concert anniversaire de France Bleu Gard Lozère ndlr), ça donne envie d’étendre notre festival.» 

Tout cela n’est pour l’instant qu’à l’état de projet, mais le directeur du Pont du Gard a tout de même annoncé la couleur pour la prochaine édition ; « Ce sera les 30 ans de l’inscription du site au patrimoine mondial de l’UNESCO, je vous annonce une très grosse programmation !»  Le rendez-vous est pris.

Théo Lombardo

 

Visited 7 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply