Open Music Initiative : un moyen innovant pour en finir avec les inégalités de revenus dans la musique

Pour plusieurs raisons, nous devri­ons être en train de vivre une époque d’a­pogée musi­cale. Grâce à la tech­nolo­gie, tout est pos­si­ble et acces­si­ble. Seule­ment, les revenus issus du milieu sont en chute libre depuis vingt ans.” Telle est la vision de Panos Panay, fon­da­teur de Berklee­ICE, un insti­tut dédié aux entre­pre­neurs créat­ifs lié au Berklee Col­lege of Music, l’une des plus grandes écoles de musiques au monde. Ce dernier s’est don­né un nou­v­el objec­tif : trou­ver un moyen de ratio­nalis­er et rééquili­br­er les revenus dig­i­taux des artistes et pour ce faire, il faut tout repren­dre de zéro. “Cette recon­struc­tion pour un futur prospère doit com­mencer aux racines, autrement dit l’en­cadrement des béné­fices”, ajoute Panos Panay. “Tout le monde (ou presque) est d’ac­cord pour dire que l’ab­sence d’un moyen sécurisé de savoir qui a fait quoi et qui doit com­bi­en à qui entraine des mil­lions de dol­lars per­dus ou mal redirigés chaque année”, conclue-t-il. 

Open Music Ini­tia­tive (OMI) est née de cette ambi­tion. Grâce à l’in­sti­tut et aux inno­va­teurs qui en font par­tie, OMI compte créer une plate­forme open-source (com­pren­dre libre d’être redis­tribuée avec le code source vis­i­ble) pour tra­quer les “créa­teurs” de chaque son pub­lié sur inter­net afin de les légitimer en tant que tel, avec le revenu qui va avec. L’idée est d’amélior­er de façon con­séquente un sys­tème de roy­al­ties devenu hors d’usage. “Nous souhaitons créer une archi­tec­ture dig­i­tale libre d’ac­cès pour le busi­ness de la musique mod­erne”, affirme Panos Panay. “La nou­velle tech­nolo­gie est là pour nous servir, pour être appliquée et rad­i­cale­ment chang­er la façon de rémunér­er les artistes.

Afin d’aider Berklee­ICE et son idée de génie, toutes les forces se joignent pour soutenir le pro­jet. Evidem­ment, ce sont les plus con­cernés par le prob­lème comme Sound­cloud, Spo­ti­fy, Pan­do­ra, YouTube, Rum­ble­fish, Net­flix, Sir­iusXM aux côtés d’U­ni­ver­sal Music, BMG, Sony, la SACEM et Warn­er qui comptent bien met­tre la main à la pâte. OMI est une ini­tia­tive à suiv­re de très près tant ses résul­tats pour­raient s’avér­er révo­lu­tion­naires pour la musique. 

(Vis­ité 86 fois)