Peter Jackson à la tête d’un documentaire inédit sur les Beatles

Après avoir racon­té l’histoire de qua­tre hob­bits dans Le Seigneur des Anneaux, Peter Jack­son s’apprête à réalis­er un doc­u­men­taire sur les qua­tre Bea­t­les. A l’occasion du cinquan­tième anniver­saire de leur dernier con­cert au grand com­plet, les Bea­t­les (Starr et McCart­ney) s’offrent ce réal­isa­teur pour un nou­veau doc­u­men­taire sur leur tout dernier album, Let It Be, sor­ti en 1970 après la dis­so­lu­tion du groupe.

Le doc­u­men­taire s’attaque donc à l’une des péri­odes les plus ten­dues de l’histoire du rock, autant tumultueuse que créa­tive. Un bref réca­pit­u­latif s’impose. En 68, les Bea­t­les vont voir le réal­isa­teur Michael Lindsay‐Hogg, qui vient de tourn­er un film avec les Rolling Stones, pour lui pro­pos­er de faire un doc­u­men­taire sur leur prochain album. Il les filme alors en train de jouer en stu­dio et il en ressor­ti­ra le film Let It Be qui s’achève sur le fameux con­cert rooftop. Mais nous con­nais­sons l’histoire, rien ne s’est passé comme prévu : les ses­sions d’enregistrement sont ten­dues et criblées de dis­putes. Le pro­jet du futur chef-d’oeuvre Let It Be est finale­ment aban­don­né par le Fab Four. Mais sans les prévenir, leur man­ag­er Allen Klein envoie les ban­des enreg­istrées au pro­duc­teur renom­mé Phil Spec­tor, qui pro­duit l’album que l’on con­naît.

Il ressort de tout ça une quan­tité assez impres­sion­nante d’enregistrements vidéos et sonores. Peter Jack­son s’est vu octroy­er l’accès à plus de 55 heures d’images inédites et 140 heures de doc­u­ments sonores. Dans un com­mu­niqué, il nous ras­sure : “Après avoir passé en revue les images et les sons réal­isés par Lindsay‐Hogg dix‐huit mois avant leur sépa­ra­tion (…) j’ai été soulagé de décou­vrir que la réal­ité était très dif­férente du mythe (…) grâce à un doc­u­ment his­torique ines­timable”. “Bien sûr, il y a des moments de drames, précise‐t‐il, mais aucun ne sont de l’ampleur de la dis­corde qu’on a sou­vent asso­ciée à cette péri­ode”, avant de con­clure que “regarder John, Paul, George, et Ringo tra­vailler ensem­ble, créer ce qui sont aujourd’hui de grands clas­siques, ce n’est pas seule­ment fasci­nant — c’est drôle, édi­fi­ant et éton­nam­ment intime.”

Un doc­u­men­taire donc promet­teur, qui devrait apporter du neuf à cette his­toire pour­tant con­nue. On ne peut que l’espérer. En tout cas, si la date de sor­tie offi­cielle est encore à paraître, nous savons d’ores et déjà que nous aurons un nou­veau voy­age vers la Mon­tagne du Des­tin à accom­plir.

(Vis­ité 361 fois)