Skip to main content
29 juillet 2020

Pierre III a surpris tout le monde avec sa splendide mixtape post-confinement

par Alix Odorico

Connu pour être la moitié du groupe Housse de Racket, et pour avoir officié sur les mixtapes du label La Souterraine, Pierre Leroux aka Pierre III s’est lancé sur sa première mixtape en solo, Cluster. Si le terme fait aujourd’hui référence au mot anglais désignant les foyers de contamination de la COVID-19, ici, il en résulte aussi un pur travail de bedroom producer, sans contrainte, avec ces imperfections et sa spontanéité. Un travail qui lui « fait voir les choses sous un autre angle pour la suite ». 

« Cluster » ? Y aurait-il un lien quelconque avec le confinement ?

Évidemment. Cette mixtape a été conceptualisée, composée et mixée pendant le confinement. Cela faisait longtemps que je réfléchissais à un format de 20 minutes. « Cluster » est un mot anglais qui désigne un amas, une grappe, un agglutinement. En musique, le terme « cluster » est aussi utilisé pour désigner un groupe de notes conjointes et jouées simultanément. La résultante est un bloc de notes dont on ne peut plus déterminer les hauteurs précises. Le but derrière ce projet, c’était de créer un collage d’idées sans rapport a priori, mais qui finalement forment un ensemble bien défini. 

« Je suis content de montrer un aspect moins pop de ma musique. C’est hyper libérateur de casser le moule. »

Cette mixtape a été comme ta thérapie pendant le confinement, c’est ça ?

Comme beaucoup, je me suis posé la question de rentabiliser ce temps passé à être confiné. En y réfléchissant, il m’a surtout permis de bénéficier d’un cadre temporel strict donc l’injonction à l’activité a été forte et il a fallu être productif. Le but avoué de cette mixtape était de sortir coûte que coûte de la musique, le plus vite possible et sans avoir à calculer. Avec elle, je ne cherchais pas la perfection mais je voulais plutôt faire de la musique pour moi, pour me retrouver. C’est primordial à mon sens.

Visuellement, tu prépares quelque chose ?

Quand la sortie de Cluster s’est précisée, j’ai voulu accompagner chaque partie d’une vidéo, un peu comme des épisodes.
Tout ça s’est décidé très vite et il a fallu faire 20 minutes de vidéo avec les moyens du bord en un temps très restreint. J’ai demandé à Valerian7000 si ça l’intéressait de bosser sur ce projet un peu fou et il a accepté le challenge. Je l’en remercie parce que, déjà, faire un clip en un mois reste compliqué, mais faire une vidéo de 20 minutes, c’est un autre niveau ! Nous l’avons d’ailleurs presque finie et j’ai hâte de la regarder d’une traite, comme un court-métrage même si la vidéo de « Magma » ressemble davantage à un clip. Mis à part les images d’archives, tout a été tourné à l’iPhone. Elle évoque des vacances passées au Stromboli en Italie et à un thème qui m’est cher : l’évasion depuis chez soi. D’ailleurs, je recommande la lecture de Chez Soi de Mona Chollet.

On t’a vu sur plusieurs sorties de la Souterraine ainsi qu’avec le groupe Housse de Racket il y a quelques années maintenant. En revanche, c’est la première fois que tu te lances en solo. Qu’en retires-tu ?

Depuis la fin de Housse de Racket, je me considère davantage comme un producteur. « Touché » et « Mouvement » sont des chansons pop plus classiques. J’adore ce format et le challenge qu’il représente, mais c’est vrai que n’ai pas spécialement travaillé ces sorties car les sons apparaissent sur des compilations. Avec Cluster, c’est effectivement une vraie première sortie, donc oui, on peut dire que je me lance. Ce format de mixtape sonne comme une révélation pour moi et je suis content de montrer un aspect moins pop de ma musique. C’est hyper libérateur de casser le moule. Finalement, Cluster me fait voir les choses sous un autre angle pour la suite.

Visited 59 times, 1 visit(s) today