Pierre III a surpris tout le monde avec sa splendide mixtape post-confinement

Con­nu pour être la moitié du groupe Housse de Rack­et, et pour avoir offi­cié sur les mix­tapes du label La Souter­raine, Pierre Ler­oux aka Pierre III s’est lancé sur sa pre­mière mix­tape en solo, Clus­ter. Si le terme fait aujour­d’hui référence au mot anglais désig­nant les foy­ers de con­t­a­m­i­na­tion de la COVID-19, ici, il en résulte aus­si un pur tra­vail de bed­room pro­duc­er, sans con­trainte, avec ces imper­fec­tions et sa spon­tanéité. Un tra­vail qui lui « fait voir les choses sous un autre angle pour la suite ». 

« Clus­ter » ? Y aurait-il un lien quel­conque avec le con­fine­ment ?

Évidem­ment. Cette mix­tape a été con­cep­tu­al­isée, com­posée et mixée pen­dant le con­fine­ment. Cela fai­sait longtemps que je réfléchis­sais à un for­mat de 20 min­utes. « Clus­ter » est un mot anglais qui désigne un amas, une grappe, un agglu­tine­ment. En musique, le terme « clus­ter » est aus­si util­isé pour désign­er un groupe de notes con­jointes et jouées simul­tané­ment. La résul­tante est un bloc de notes dont on ne peut plus déter­min­er les hau­teurs pré­cis­es. Le but der­rière ce pro­jet, c’é­tait de créer un col­lage d’idées sans rap­port a pri­ori, mais qui finale­ment for­ment un ensem­ble bien défi­ni. 

Je suis con­tent de mon­tr­er un aspect moins pop de ma musique. C’est hyper libéra­teur de cass­er le moule.”

Cette mix­tape a été comme ta thérapie pen­dant le con­fine­ment, c’est ça ?

Comme beau­coup, je me suis posé la ques­tion de rentabilis­er ce temps passé à être con­finé. En y réfléchissant, il m’a surtout per­mis de béné­fici­er d’un cadre tem­porel strict donc l’in­jonc­tion à l’activité a été forte et il a fal­lu être pro­duc­tif. Le but avoué de cette mix­tape était de sor­tir coûte que coûte de la musique, le plus vite pos­si­ble et sans avoir à cal­culer. Avec elle, je ne cher­chais pas la per­fec­tion mais je voulais plutôt faire de la musique pour moi, pour me retrou­ver. C’est pri­mor­dial à mon sens.

Visuelle­ment, tu pré­pares quelque chose ?

Quand la sor­tie de Clus­ter s’est pré­cisée, j’ai voulu accom­pa­g­n­er chaque par­tie d’une vidéo, un peu comme des épisodes.
Tout ça s’est décidé très vite et il a fal­lu faire 20 min­utes de vidéo avec les moyens du bord en un temps très restreint. J’ai demandé à Valer­ian7000 si ça l’intéressait de boss­er sur ce pro­jet un peu fou et il a accep­té le chal­lenge. Je l’en remer­cie parce que, déjà, faire un clip en un mois reste com­pliqué, mais faire une vidéo de 20 min­utes, c’est un autre niveau ! Nous l’avons d’ailleurs presque finie et j’ai hâte de la regarder d’une traite, comme un court-métrage même si la vidéo de « Mag­ma » ressem­ble davan­tage à un clip. Mis à part les images d’archives, tout a été tourné à l’iPhone. Elle évoque des vacances passées au Strom­boli en Ital­ie et à un thème qui m’est cher : l’évasion depuis chez soi. D’ailleurs, je recom­mande la lec­ture de Chez Soi de Mona Chol­let.

On t’a vu sur plusieurs sor­ties de la Souter­raine ain­si qu’avec le groupe Housse de Rack­et il y a quelques années main­tenant. En revanche, c’est la pre­mière fois que tu te lances en solo. Qu’en retires-tu ?

Depuis la fin de Housse de Rack­et, je me con­sid­ère davan­tage comme un pro­duc­teur. « Touché » et « Mou­ve­ment » sont des chan­sons pop plus clas­siques. J’adore ce for­mat et le chal­lenge qu’il représente, mais c’est vrai que n’ai pas spé­ciale­ment tra­vail­lé ces sor­ties car les sons appa­rais­sent sur des com­pi­la­tions. Avec Clus­ter, c’est effec­tive­ment une vraie pre­mière sor­tie, donc oui, on peut dire que je me lance. Ce for­mat de mix­tape sonne comme une révéla­tion pour moi et je suis con­tent de mon­tr­er un aspect moins pop de ma musique. C’est hyper libéra­teur de cass­er le moule. Finale­ment, Clus­ter me fait voir les choses sous un autre angle pour la suite.

(Vis­ité 1 236 fois)