©Dasom Han

Qui est Didi Han, l’artiste de k‑house qui vient de signer sur Roche Musique

Orig­i­naire de Corée du Sud et basée à Séoul, Didi Han est la nou­velle recrue du label français Roche Musique. Ven­dre­di dernier, elle a sor­ti son pre­mier EP Wake Up aux sonorités mélan­col­iques et relaxantes. 

Le label Roche Musique tra­verse les con­ti­nents. Didi Han la nou­velle recrue sud-coréenne bous­cule les cadors de la house. Pas­sion­née de musiques élec­tron­iques depuis l’ado­les­cence, la jeune artiste a d’abord été étu­di­ante en design puis elle est dev­enue DJ. Elle a allié ses deux pas­sions après avoir tra­vail­lé comme direc­trice musi­cale pour cer­tains défilés de mode durant la Fash­ion Week. “J’é­coutais les Daft Punk, Fat­boy Slim, The Chem­i­cal Broth­ers, etc. Et puis j’ai écouté le mix de Nico­las Jaar sur la BBC. Cela m’a vrai­ment inspiré et j’ai voulu essay­er”, nous raconte-t-elle. Elle a d’ailleurs par­ticipé à une Boil­er Room à Séoul. Après trois années de DJing, l’artiste a vite com­pris qu’elle désir­ait com­pos­er de la musique. Il y a donc 5 ans, elle donne nais­sance à son pro­jet Didi Han. C’est alors que le label français Roche Musique entre en jeu et lui pro­pose de tra­vailler ensem­ble. Cette col­lab­o­ra­tion est d’une évi­dence absolue.

 

À lire également
Dans un docu, l’histoire du succès fou du label Roche Musique

 

©Dasom Han

Didi Han a décou­vert le label français et ses artistes il y a 6 ou 7 ans grâce à l’une de leur com­pi­la­tion sur Sound­cloud. “Roche Musique est très pop­u­laire en Corée, ils vien­nent sou­vent à Séoul” ajoute la jeune artiste. Très heureuse de rejoin­dre le navire français, Didi Han est ras­surée de tra­vailler en équipe et surtout avec cette équipe là. Elle trou­ve “que les morceaux sor­tis sur le label il y a quelques années, sont tou­jours aus­si bons”. Influ­encée par d’im­menses artistes comme Amy Wine­house, Moody­mann ou encore les Daft Punk, Didi Han a su trou­ver son style. Elle décrit sa musique comme “mélodieuse, jazzy, lofi et comme si elle flot­tait dans le ciel, qu’elle était paisible.”

 

Wake Up, le pre­mier EP de l’artiste sud-coréenne sor­ti ce ven­dre­di 23 juil­let, est une réus­site. Didi Han impose directe­ment son style accom­pa­g­né de sa voix enchanter­esse dans ses deux pre­miers titres “Good Times” et “Wake Up”. Pour ce qui est des trois derniers titres, Didi Han a con­vié les chanteuses sud-coréennes Wan­sun Kim sur “What You Love” et Lydia Lee sur “Some­thing Like This?”, puis la grande sur­prise qui fonc­tionne à la per­fec­tion est le fea­tur­ing avec le rappeur français nelick sur “Pas de bisous”. Cet EP “c’est le cycle de la vie. Du pre­mier au dernier morceau, c’est un voy­age dans la vie. J’ai écrit une véri­ta­ble his­toire sur moi (sauf pour le dernier morceau pour lequel nelick a écrit les paroles). Je veux dire aux gens que nous allons sur­mon­ter toutes les dif­fi­cultés que nous pou­vons rencontrer.”

J’e­spère faire de la musique pour les DJs, plus dansante et amu­sante à jouer. Il y a beau­coup de choses que je veux faire et présen­ter. Ce n’est que le début de mon voyage”.

Didi Han avait hâte de sor­tir ce pre­mier EP et de le faire décou­vrir à son pays d’adop­tion, la France et évidem­ment à son pays de cœur et de sang, la Corée du Sud. Des mil­liers de kilo­mètres les sépar­ent et cela se ressent aus­si sur la scène élec­tron­ique. “J’ai été super sur­prise de voir à quel point la musique élec­tron­ique était énorme en France. De nom­breux événe­ments sont organ­isés et on l’en­tend partout. J’ai enten­du dire que les Français avaient gran­di en écoutant de la musique élec­tron­ique, même à la radio, c’est génial ! Chez moi, en Corée du Sud, la scène élec­tron­ique com­mence à pren­dre de l’am­pleur. Elle est encore petite, mais il y a beau­coup de gens qui veu­lent que cette cul­ture se répande. Je pense donc que nous avons un bel avenir devant nous”, nous racon­te la nou­velle fig­ure de Roche Musique. Pour ce qui est du futur, Didi Han espère “faire de la musique pour les DJs, plus dansante et amu­sante à jouer. Il y a beau­coup de choses que je veux faire et présen­ter. Ce n’est que le début de mon voy­age”. On embar­que avec elle.

(Vis­ité 1 128 fois)