Crédit photo : Mads Perch

REDUXER”, quand alt‑J invite Little Simz, Lomepal et Rejjie Snow sur son nouvel album

Très loin d’être “réduc­teur”, alt‑J s’ou­vre au hip-hop avec REDUXER, qui sort aujour­d’hui sur Infec­tious / [PIAS] France. Un an à peine après la sor­tie de RELAXER, le trio de Leeds s’of­fre onze nou­velles inter­pré­ta­tions des chan­sons issues de son troisième album. Une manière de réimag­in­er leur musique avec des artistes phares de la nou­velle scène hip-hop bri­tan­nique, améri­caine et française, dont le groupe se dit immen­sé­ment pas­sion­né. On con­nais­sait déjà près de la moitié de cet album, avec cinq titres semés sur Inter­net tout au long de l’été : la trap US de Pusha‑T et le rap alle­mand de Kon­tra K pour deux ver­sions opposées de “In Cold Blood”, de l’hy­per­ac­tive Lit­tle Simz et sa réin­ter­pré­ta­tion toute en force grime de “3WW”, à la reprise lourde et habitée du tube “Dead­crush” par Dan­ny Brown ‑avec la par­tic­i­pa­tion The Alchemist et Trooko à la prod’-, en pas­sant par le smooth-rap de Ter­race Mar­tin sur “Last Year”.

On décou­vre dans ce disque incroy­able la douceur de Tuka, l’in­ter­pré­ta­tion ultra-soul de Jimy Charles Moody ou encore deux morceaux très lan­goureux : d’abord une instru épurée de “3WW” (encore) où Lomepal laisse la place à la voix de Joe New­man sur les refrains, pour pos­er sa mélan­col­ie sucrée sur les cou­plets ; et enfin la chan­son finale “Hit Me Like That Snare” servie par l’in­class­able Rejjie Snow et son charme indo­lent aux sources du r’n’b. Onze nou­veaux morceaux par­fois déroutants, pour redé­cou­vrir les pépites du troisième album d’alt‑J trop vite tombées dans l’ou­bli… His­toire de pro­longer le plaisir pen­dant, au moins, une nou­velle année.

(Vis­ité 1 423 fois)