Skip to main content
Capture d'écran de l'interview de Konbini
3 décembre 2020

Roselyne Bachelot : « J’ai du mal à imaginer la reprise des spectacles debout sans vaccin »

par Léonie Ruellan

Dans une interview vidéo accordée à Konbini, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot confie non seulement son penchant pour PNL et le cloud rap (ce qui ressemble plutôt à une mise en scène, qu’on se le dise), mais elle répond aussi et surtout à une série de questions essentielles sur la Culture : reprise des concerts, violences sexistes et sexuelles, rémunération des artistes…

« C’est nous qui avons la réponse« , souligne Roselyne Bachelot à propos de la reprise des concerts, comme en réponse à la rumeur qui s’est propagée la semaine dernière. Relayée par plusieurs médias, la fausse nouvelle annonçait que le gouvernement confirmait la reprise des concerts dès le 20 janvier. Le lendemain, le SMA (Syndicat des Musiques Actuelles) venait éclaircir la confusion en précisant que « les concerts debout resteront interdits au 20 janvier, mais il s’agira, à cette date d’envisager leur reprise aux alentours du printemps« .

« À ce stage, j’ai du mal à imaginer qu’on puisse autoriser des spectacles debout tant qu’on n’aura pas trouvé un vaccin. »

Hier, dans une interview pour Konbini, Roselyne Bachelot a d’ailleurs confirmé sa réticence à ce sujet : « Le spectacle debout a une caractéristique, c’est, qu’on le veuille ou non, que les spectateurs s’agglutinent au pied de la scène où se produisent les artistes. À ce stage, j’ai du mal à imaginer qu’on puisse autoriser des spectacles debout tant qu’on n’aura pas trouvé un vaccin et qu’il ne sera pas largement diffusé dans le public« .

Mais l’attente ne sera peut-être pas aussi longue qu’on le croit, quand on sait que certains vaccins anti-Covid seraient déjà au point, que le Royaume-Uni débuterait dès la semaine prochaine sa campagne de vaccination et que Jean Castex doit exposer sa stratégie sur les vaccins dès ce soir à 18h30.

 

À  lire également
Fact check : rien ne permet d’affirmer que les concerts reprendront le 20 janvier

 

Violences policières et violences sexuelles

Dans cette même interview, il est aussi question de l’article 24 de la loi « sécurité globale » et du passage à tabac subi par le producteur de rap Michel Zecler le 26 novembre dernier, ce qu’elle « condamne » (ne prononçant néanmoins pas le mot de « violences policières » ni le nom de Michel Zecler qu’elle appelle « ce monsieur« ).

La question des violences sexistes et sexuelles dans la Culture est également abordée. La ministre pointe le manque de responsabilité des acteurs de la Culture témoins de ces violences, appelant à ne plus tolérer « aucun laisser-aller » et briser la culture du silence.

 

À lire également
Qui est Michel Zecler, le producteur de rap passé à tabac par des policiers ?
Violences et harcèlements envers les femmes : la musique fait son #MeToo

 

Rémunération de la création

Enfin, lorsque Konbini lui demande s’il est normal que le streaming musical rapporte très peu, Roselyne Bachelot admet qu’il y a « un vrai problème de rémunération de la création« , et elle assure : « Je veux arriver à une solution, j’y arriverai avant la fin de l’année, pour que les droits, [dont les] droits maladie, maternité, soient bien assurés [pour les artistes-auteurs] ». Elle ne répond cependant pas à la question demandant si le rapport Racine est enterré. Intitulé « L’auteur et l’acte de création », ce rapport commandé par son prédécesseur Franck Riester a été livré en janvier dernier et présente 23 mesures visant à mieux rémunérer la création, mais fait encore débat entre les différents domaines de la Culture. « On s’est rendu compte que la culture était indispensable à la santé« , ajoute la ministre. Il était temps.

Visited 25 times, 1 visit(s) today