Capture d'écran de l'interview de Konbini

Roselyne Bachelot : “J’ai du mal à imaginer la reprise des spectacles debout sans vaccin”

Dans une inter­view vidéo accordée à Kon­bi­ni, la min­istre de la Cul­ture Rose­lyne Bach­e­lot con­fie non seule­ment son pen­chant pour PNL et le cloud rap (ce qui ressem­ble plutôt à une mise en scène, qu’on se le dise), mais elle répond aus­si et surtout à une série de ques­tions essen­tielles sur la Cul­ture : reprise des con­certs, vio­lences sex­istes et sex­uelles, rémunéra­tion des artistes…

C’est nous qui avons la réponse”, souligne Rose­lyne Bach­e­lot à pro­pos de la reprise des con­certs, comme en réponse à la rumeur qui s’est propagée la semaine dernière. Relayée par plusieurs médias, la fausse nou­velle annonçait que le gou­verne­ment con­fir­mait la reprise des con­certs dès le 20 jan­vi­er. Le lende­main, le SMA (Syn­di­cat des Musiques Actuelles) venait éclair­cir la con­fu­sion en pré­cisant que “les con­certs debout res­teront inter­dits au 20 jan­vi­er, mais il s’agira, à cette date d’envisager leur reprise aux alen­tours du print­emps”.

À ce stage, j’ai du mal à imag­in­er qu’on puisse autoris­er des spec­ta­cles debout tant qu’on n’au­ra pas trou­vé un vaccin.”

Hier, dans une inter­view pour Kon­bi­ni, Rose­lyne Bach­e­lot a d’ailleurs con­fir­mé sa réti­cence à ce sujet : “Le spec­ta­cle debout a une car­ac­téris­tique, c’est, qu’on le veuille ou non, que les spec­ta­teurs s’ag­glu­ti­nent au pied de la scène où se pro­duisent les artistes. À ce stage, j’ai du mal à imag­in­er qu’on puisse autoris­er des spec­ta­cles debout tant qu’on n’au­ra pas trou­vé un vac­cin et qu’il ne sera pas large­ment dif­fusé dans le pub­lic”.

Mais l’at­tente ne sera peut-être pas aus­si longue qu’on le croit, quand on sait que cer­tains vac­cins anti-Covid seraient déjà au point, que le Royaume-Uni débuterait dès la semaine prochaine sa cam­pagne de vac­ci­na­tion et que Jean Cas­tex doit expos­er sa stratégie sur les vac­cins dès ce soir à 18h30.

 

À  lire également
Fact check : rien ne permet d’affirmer que les concerts reprendront le 20 janvier

 

Violences policières et violences sexuelles

Dans cette même inter­view, il est aus­si ques­tion de l’ar­ti­cle 24 de la loi “sécu­rité glob­ale” et du pas­sage à tabac subi par le pro­duc­teur de rap Michel Zecler le 26 novem­bre dernier, ce qu’elle “con­damne” (ne prononçant néan­moins pas le mot de “vio­lences poli­cières” ni le nom de Michel Zecler qu’elle appelle “ce mon­sieur”).

La ques­tion des vio­lences sex­istes et sex­uelles dans la Cul­ture est égale­ment abor­dée. La min­istre pointe le manque de respon­s­abil­ité des acteurs de la Cul­ture témoins de ces vio­lences, appelant à ne plus tolér­er “aucun laisser-aller” et bris­er la cul­ture du silence.

 

À lire également
Qui est Michel Zecler, le producteur de rap passé à tabac par des policiers ?
Violences et harcèlements envers les femmes : la musique fait son #MeToo

 

Rémunération de la création

Enfin, lorsque Kon­bi­ni lui demande s’il est nor­mal que le stream­ing musi­cal rap­porte très peu, Rose­lyne Bach­e­lot admet qu’il y a “un vrai prob­lème de rémunéra­tion de la créa­tion”, et elle assure : “Je veux arriv­er à une solu­tion, j’y arriverai avant la fin de l’an­née, pour que les droits, [dont les] droits mal­adie, mater­nité, soient bien assurés [pour les artistes-auteurs]”. Elle ne répond cepen­dant pas à la ques­tion deman­dant si le rap­port Racine est enter­ré. Inti­t­ulé “L’auteur et l’acte de créa­tion”, ce rap­port com­mandé par son prédécesseur Franck Riester a été livré en jan­vi­er dernier et présente 23 mesures visant à mieux rémunér­er la créa­tion, mais fait encore débat entre les dif­férents domaines de la Cul­ture. “On s’est ren­du compte que la cul­ture était indis­pens­able à la san­té”, ajoute la min­istre. Il était temps.

(Vis­ité 2 103 fois)