Cinq bonnes raisons de partir quelques jours à Groningen pour l’Eurosonic

Plus de 300 groupes, des con­férences, des con­certs dans toute la ville et de jolis bateaux : bien­v­enue à Euroson­ic, rendez-vous européen où se croisent beau­coup de pro­gram­ma­teurs de fes­ti­val et autres tourneurs. Pourquoi ? Tout sim­ple­ment parce qu’ici sont pro­gram­més les groupes que vous allez voir partout dans quelques mois, cha­cun venant faire son petit marché pour rem­plir son affiche de l’année suiv­ante, Euroson­ic offrant une bien belle vit­rine à beau­coup de groupes émer­gents. Alors autant pren­dre un peu d’avance et se pencher sur ce line-up… Voire même, pren­dre quelques jours pour fil­er à Gronin­gen, jolie petite ville dans le nord des Pays-Bas, du 17 au 20 jan­vi­er prochains.

Angèle (et Roméo Elvis)

Elle est LE phénomène de cet hiv­er, son con­cert aux Bars en Trans en décem­bre à Rennes a fail­li provo­quer une émeute, pareil pour un show­case don­né à la Gaîté Lyrique dans le cadre des Inrocks Lab — ou en tout cas, c’était plus que com­plet. Elle, c’est Angèle. Un prénom, un titre (“La Loi de Mur­phy”)… Cela a suf­fit à cette Belge pour faire bien plus par­ler d’elle que sa très courte discogra­phie ne le per­me­t­tait, théorique­ment. Mais c’est sans compter sur le poten­tiel tubesque de “La Loi de Mur­phy”, son clip pop, et un entourage belge plutôt por­teur : Angèle est la petite soeur de Roméo Elvis, avec qui elle partage le titre “J’ai vu”, et a par ailleurs assuré les pre­mières par­ties de Damso, et ce même si son univers de chan­son pop est plutôt éloigné du rap de ses aînés. Un pro­fil à la croisée des gen­res, à décou­vrir au Grand The­ater le mer­cre­di 17 à 23 heures. Quant à Roméo Elvis x Le Motel, ils seront au Sim­plon le ven­dre­di 19 à 22h15.

Une programmation “Tour de France”…

Euroson­ic a beau avoir lieu aux Pays-Bas, notre douce scène française n’y est pas en reste, avec pas moins de 19 groupes frenchies pro­gram­més ! On passera par Lyon avec le r’n’b noisy, crade et sexy d’Erot­ic Mar­ket, par Metz avec Chape­lier Fou et son live élec­tron­ique, par Paris avec les chan­sons en VF de Cléa Vin­cent ou par la Charentes-Maritime avec les rockeurs sans con­ces­sion de Lysis­tra­ta. Un petit saut par Quim­per avec le r’n’b classe et hybride de Sônge ou par Nantes avec le duo rock Ko Ko Mo, et on aura vrai­ment fait le Tour de France… Avec vue sur les canaux néer­landais !

Rendez-vous le mer­cre­di 17 au Der Aa-Kerk pour Chape­lier Fou et au Huis de Beurs pour Lysis­tra­ta ; le jeu­di 18 au News Café pour Ko Ko Mo ; le ven­dre­di 19 au Min­er­va pour Cléa Vin­cent, au Vri­jdag pour Ko Ko Mo (encore) et au Plate­formthe­ater pour Erot­ic Mar­ket et Sônge. 

… Mais qui fait tout de même pas mal voyager

Evidem­ment, tout ne sera pas français à Euroson­ic. Ou pas com­plète­ment : le pro­jet très inter­na­tion­al Lom­boy se partage en effet entre Paris, Brux­elles et Tokyo, pour de la pop rap­pelant Air et signée sur Crac­ki Records. On fil­era aus­si à Istan­bul avec le groupe néer­landais (tout le monde suit ?) Altin Gun, qui remet au goût du jour le pas­sion­nant rock psy­chédélique turc des années 60 et 70, déjà vu aux Ren­con­tres Trans Musi­cales de Rennes en décem­bre dernier. Le Por­tu­gal enver­ra Sur­ma, pro­duc­trice d’électronica hyper classe (et der­rière un très beau clip pour son morceau “Hem­ma”), tan­dis que côté ros­beef il ne fau­dra pas louper Super­or­gan­ism, nou­veau phénomène anglais décrit comme étant à la croisée d’Ariel Pink, Flam­ing Lips, The Avalanch­es et Dan Dea­con. Tout un pro­gramme ! La Suède ne sera pas en reste avec Skott, chanteuse pop-folk-électronique dont le pre­mier sin­gle “Porce­lain” pour­rait lui offrir un début de car­rière à la Lana Del Rey, ou Hater, la belle décou­verte indie-pop de cet hiv­er. Enfin, on ne loupera pas les Danois de Par­dans, punks new wave dis­coïsant et déjan­tés (oui, tout ça).

Rendez-vous le jeu­di 18 au Vri­jdag pour Sur­ma, au Huis de Beurs pour Hater et au Stadss­chouw­burg pour Skott ; le ven­dre­di 19 au Min­er­va pour Lom­boy, au Huize Maas pour Altin Gun, au News Café pour un deux­ième con­cert de Sur­ma, au Machine­fab­riek pour Super­or­gan­ism et au Huis de Beurs pour Par­dans ; le same­di 20 au De Oost­er­poort pour un deux­ième con­cert d’Altin Gun. 

De chouettes têtes d’affiche

Evidem­ment, il n’y aura pas que des groupes totale­ment incon­nus au batail­lon à Euroson­ic : quelques têtes d’affiche français­es (même si tout est relatif, on reste sur un fes­ti­val fan de musique indé) parsè­ment le line-up. Rone bien sûr, en pleine tournée pour défendre son nou­v­el album Mirapo­lis, mais aus­si Mol­e­cule et ses lives élec­tron­iques aus­si froids que class­es. Polo & Pan fer­ont égale­ment le déplace­ment, tout comme, dans un tout autre reg­istre, le chou­ette duo entre chan­son française, jazz et pop Papooz. Agar Agar ne man­quera pas de jouer son tube “Pret­ti­est Vir­gin” (encore une sor­tie Crac­ki Records) tan­dis que les fans de hip-hop iront voir Kil­lA­Son, né en France mais pro­fondé­ment influ­encé par le rap US. Et on fini­ra par aller, comme d’habitude, voir MEUTE, cette fan­fare alle­mande reprenant des clas­siques house et tech­no. Ils ont déjà fait le tour de tous les fes­ti­vals, on les a vu 684513 fois, mais c’est tou­jours aus­si mor­tel — alors pourquoi boud­er son plaisir ?

Rendez-vous le mer­cre­di 17 au Grand The­atre pour MEUTE ; le jeu­di 18 au Dot Dome pour Rone, au Min­er­va pour Papooz, au Sim­plon pour Kil­lA­Son, au Euroson­ic Air pour un deux­ième con­cert de MEUTE et au Huize Maas pour Polo & Pan ; le ven­dre­di 19 au Machine­fab­riek pour Agar Agar et au Sim­plon pour Mol­e­cule. 

Forcément, la Belgique

On ne par­le que d’eux en ce moment : oui, les rappeurs belges ont la côte. Mais Euroson­ic ne s’est évidem­ment pas con­tenté des seuls Roméo Elvis et Le Motel pour ren­dre hom­mage aux groupes en devenir belges. Trois propo­si­tions auront retenu notre atten­tion, à com­mencer par Mono­lithe Noir. Ok, il est tech­nique­ment français, mais exilé à Brux­elles depuis plusieurs années. Il est surtout l’auteur de live tech­no où, entouré de câbles et de machines, la scène devient son labo. Expéri­men­tal et fort. Bien plus doux, Témé Tan plaira aux ama­teurs de pop inspirée de ses orig­ines con­go­lais­es, tan­dis que WWWa­ter, pro­tégée de Soul­wax, con­tin­uera de voir sa car­rière décoller petit à petit. Il faut dire que sa pop toute per­son­nelle a de quoi con­va­in­cre.

Rendez-vous le jeu­di 18 au Dot Foy­er pour Témé Tan ; le ven­dre­di 19 au Sim­plon pour Mono­lithe Noir et au Dot Dome pour WWWa­ter. 

Et puis, au delà de cette belle pro­gram­ma­tion, ça a quand même l’air super mignon Gronin­gen. On vous racon­tera !

Crédit : Bart Heemskerk

Toutes les infos sur le fes­ti­val sous ce lien.

(Vis­ité 973 fois)