Skip to main content
©Darius Bashar
1 avril 2021

Sur 401 artistes féminines, toutes ont été victimes de discriminations (selon une étude)

par Antoine Barsacq

Une nouvelle étude menée sur un panel de 401 artistes féminines met en lumière l’étendue des discriminations de genre dans l’industrie musicale.

C’est une étude de plus qui confirme l’état des discriminations qui ont court dans l’industrie musicale. Conduite au Royaume-Uni en février par l’agence de sondage MIDiA Research, le label Believe ainsi que son service de distribution TuneCore, l’étude révèle un fait navrant : « Aucune femme travaillant dans un champ créatif n’a pu éviter une quelconque forme de discrimination, de biais, d’exclusion ou de traitement différencié« , et ce parmi les 401 DJs, productrices, parolières et musiciennes de l’échantillon.

Etude discrimination

 

À lire également
Il y a peu, trop peu de femmes dans la pop music aujourd’hui

 

« Pour obtenir le succès, il est une priorité pour les artistes féminines de faire attention à leur apparence tout autant que d’avoir du talent. »

Ainsi, près de deux tiers des répondantes identifient le harcèlement sexuel ou l’objectification comme un défi essentiel de leur métier, 63% disent se sentir exclues des processus de composition et de production. De plus, 81% pensent qu’il est plus facile pour leurs collègues masculins d’être reconnus. Par ailleurs, 90% des femmes créatives sont d’accord pour dire que « l’industrie musicale traite les femmes différemment des hommes« , et une majorité claire de 83% que « pour obtenir le succès, il est une priorité pour les artistes féminines de faire attention à leur apparence tout autant que d’avoir du talent« . Résultat, seulement 13% des femmes pensent avoir les mêmes opportunités que les hommes.

Etude discrimination

Le rapport tire de ces résultats des conclusions plus générales :

  • La sexualisation et l’objectification seraient les conséquences de dynamiques de pouvoirs déséquilibrées.
  • La composition et la production ont pendant longtemps été des activités masculines, ainsi la majorité des femmes créatrices s’en sentent exclues, ce qui rend ces aspects de la musique hautement genrés.
  • Il existe toujours une pression dans la société à s’occuper des charges parentales pour les femmes. Ainsi, l’industrie musicale veut des artistes féminines jeunes, qui soient à même d’arriver au succès avant qu’elles ne deviennent supposément mères.
  • Pour amener plus de créatrices féminines dans la musique, le point de départ concret le plus pratique serait la création de ressources et d’espaces de travail dédiés aux femmes, notamment par le coaching et le mentorat.

Tout le rapport (en anglais) ici.

Visited 58 times, 1 visit(s) today