© Stéphane Aït Ouarab

Thomas Roussel livre un nouvel EP entre classique et électronique chez Ed Banger

Le com­pos­i­teur et chef d’orchestre Thomas Rous­sel scelle sa bonne entente avec le label chef de file de la musique élec­tron­ique française, Ed Banger Records, en sor­tant LATE METAL : un EP à écouter de toute urgence pour une claque tant audi­tive que visuelle. 

Résul­tat d’une ren­con­tre lors d’un défilé Pigalle en 2017, le pro­jet musi­cal Ed Banger 15 célébrait les quinze ans du mythique label de Pedro Win­ter. Il sig­nait dans le même temps la pre­mière col­lab­o­ra­tion entre Thomas Rous­sel et Ed Banger Records. La même année, le chef d’orchestre natif de Dijon sor­tait son pre­mier album stu­dio The Future Comes Before, sous le pseu­do­nyme de Pre­quell. Cet album con­for­t­ait sa place d’ex­cel­lent pro­duc­teur, en s’a­joutant à ses deux col­lab­o­ra­tions avec Jeff Mills mélangeant élec­tron­ique et musique clas­sique. C’est vers ce mélange que l’an­cien habitué du club mythique de Dijon, L’An-Fer, a voulu ten­dre dans son tout dernier EP LATE METAL… Un trois-titres qu’il sor­ti­ra sur Ed Banger Records en 2022. Et c’est maintenant.

À lire également
🔊 Mad Rey signe chez Ed Banger et marche dans les pas de DJ Mehdi

 

Avec son nou­v­el EP LATE METAL, Thomas Rous­sel refait le pari de mari­er com­po­si­tion de musique clas­sique et élec­tron­ique, don­nant un savant mélange des gen­res dont il a le secret. Si à l’or­eille, cet EP saura vous épa­ter à coup sûr, visuelle­ment aus­si vous aurez à ten­dre la joue. Le pro­duc­teur s’est fait aider d’Andy Pic­ci pour illus­tr­er la pochette de son pro­jet. L’artiste a créé un algo­rithme don­nant forme à une abstraite mais néan­moins poé­tique forme de mer­cure. Tou­jours dans cette démarche de beauté sonore et visuelle, Thomas Rous­sel sor­ti­ra son EP sur un vinyle cristal lim­ité à 500 exem­plaires. Un chou­ette cadeau, mais aus­si l’oc­ca­sion d’avoir une pièce d’art chez soi, à portée de main. L’EP est sor­ti aujour­d’hui, alors bonne écoute !

(Vis­ité 634 fois)