©Laura Kotila/Valtioneuvoston kanslia

Thug life : cas contact, la première ministre finlandaise sort en club

Oups. La pre­mière min­istre fin­landaise a été pho­tographiée ce week-end par un mag­a­zine peo­ple pen­dant qu’elle pas­sait une soirée dans un club d’Helsin­ki et qu’elle avait été déclarée cas con­tact quelques heures plus tôt.

Alors qu’en France les clubs s’ap­prê­tent à fer­mer une nou­velle fois leurs portes suite à la hausse des cas de Covid-19, en Fin­lande, la dirigeante du pays, San­na Marin a été épinglée ce week-end dans une boîte de nuit quelques heures après que son min­istre des Affaires Étrangères, Pekka Haav­is­to, ait été déclaré posi­tif. Âgée de 36 ans (c’est l’une des plus jeunes dirigeantes du monde), San­na Marin s’est excusée lun­di dans un post pub­lié sur Face­book en affir­mant ne pas avoir su qu’elle était oblig­ée de s’isol­er : “J’au­rais dû faire preuve de plus de dis­cerne­ment et revéri­fi­er les direc­tives qui m’avaient été don­nées. Je suis vrai­ment désolée de ne pas avoir com­pris que je devais le faire”. 

Elle a égale­ment pré­cisé avoir lais­sé son télé­phone pro­fes­sion­nel chez elle pen­dant cette fameuse soirée : “J’ai reçu cette infor­ma­tion le dimanche et j’ai immé­di­ate­ment demandé un test, qui s’est avéré négatif.”

Si l’in­for­ma­tion peut faire sourire, le peu­ple fin­landais accueille, lui, plutôt mal la nou­velle. Et pour cause : alors que le pays a su longtemps con­trôler l’épidémie avec un taux de con­t­a­m­i­na­tion par­mi les plus bas d’Eu­rope, elle atteint aujour­d’hui un niveau record avec un nom­bre de cas quo­ti­di­ens d’en­v­i­ron 300 par 100 000 habi­tants. On espère que la soirée fut, au moins, mémorable.

(Vis­ité 2 305 fois)