©Gianni Giardinelli

Toute la rage d’NTM en live dans une expo photo en accès libre

Pour beau­coup de français.e.s, le rap est bien plus qu’un genre musi­cal, c’est un mou­ve­ment généra­tionnel qui prend racine dans les années 80 et qui expose frontale­ment la colère et la fougue d’une jeunesse décon­nec­tée de l’idéal des baby boomers, à qui tout a sem­blé facile. C’est cette essence que le pho­tographe Gian­ni Gia­r­dinel­li a choisi de capter en suiv­ant la tournée d’adieu de Suprême NTM, groupe mythique du rap français for­mé par Kool Shen et Joey Starr en 1988, lors de leur ultime ref­or­ma­tion entre 2018 et 2019. De ses clichés, il a crée l’ex­po­si­tion NTM : Tout ne tient qu’à un fil, organ­isée au Forum des Halles de Paris, en parte­nar­i­at avec le cen­tre cul­turel de la mairie de Paris con­sacrée au hip-hop, La Place, disponible du 20 févri­er au 10 mars 2020.

Un con­cert (com­plet) se déroulera le 19 févri­er à 21h à La Place (cen­tre cul­turel hip-hop situé sous la canopée des Halles) en guise d’in­au­gu­ra­tion, au sein duquel se pro­duiront des artistes tels que DJ Pone, Nathy Tuco, Bus­ta Flex, Zox­ea ou Lord Kos­si­ty. L’ex­po­si­tion NTM : Tout ne tient qu’à un fil sera vis­i­ble depuis les hau­teurs des Halles grâce à un dis­posi­tif lumineux for­mant les trois let­tres du groupe.

Après tout ce que j’avais récolté comme clichés et en voy­ant la pas­sion des gens pour NTM, je me suis dit qu’il fal­lait que je leur rende hom­mage.”

Érigé au rang de mythe, NTM est exposé de façon intime, sur scène comme en couliss­es, à tra­vers le regard du pho­tographe et ami du groupe Gian­ni Gia­r­dinel­li. Celui-ci ren­con­tre Joey Starr lors de sa pre­mière expo­si­tion pho­tographique dans un restau­rant en 2018, peu de temps avant qu’NTM ne se reforme. “Je me suis retrou­vé à les pren­dre en pho­to pen­dant qu’ils pré­paraient le con­cert de Bercy le 22 novem­bre 2018. Comme ils ont aimé ce que j’ai fait, j’ai con­tin­ué à les suiv­re lors de leur ultime tournée”, nous explique-t-il au télé­phone. Gia­r­dinel­li con­state la pas­sion du pub­lic pour le groupe, l’ef­fer­ves­cence qu’ils provo­quent chez les gens et décide de créer une expo­si­tion con­sacrée à cette rela­tion, à cette généra­tion : “Après tout ce que j’avais récolté comme clichés et en voy­ant la pas­sion des gens pour NTM, je me suis dit qu’il fal­lait que je leur rende hom­mage.” Le lieu d’ex­po­si­tion n’est pas choisi au hasard, Les Halles étant l’un des spots de la cul­ture hip-hop les plus en vogue des années 80.

Gian­ni Gia­r­dinel­li con­fie tout le plaisir qu’il a eu à se lancer dans cette aven­ture : “Je me suis régalé car j’ai gran­di avec NTM, j’avais leur cas­sette, j’é­tais même allé les voir au Parc des Princes en 1997. Je savais que pour beau­coup de gens, c’é­tait la pre­mière fois qu’ils les voy­aient en con­cert puisqu’à ses débuts, NTM était un groupe plutôt sub­ver­sif. C’é­tait donc très fort.” Une aven­ture dont il ne retire aucune nos­tal­gie : “J’é­tais vrai­ment dans le moment, comme un spec­ta­teur, sauf que j’é­tais super bien placé : entre la fos­se et les chanteurs. Je me suis lais­sé porter par ces deux bêtes de scène, l’en­ceinte me crachait dans la tête et je con­nais­sais tous les morceaux par cœur.”

Suiv­re Kool Shen et Joey Starr dans les fes­ti­vals a été une expéri­ence riche en émo­tions, pleine d’anec­dotes comme celle-ci :  “Je me sou­viens de ce moment mar­rant lors de la fête de l’Hu­ma (2018). Kool Shen et Joey Starr étaient seuls sur scène et là, d’un coup, il y a Cather­ine Ringer qui appa­raît et se met à danser et ram­per par terre. Les deux rappeurs se sont regardés et n’ont rien com­pris, elle fai­sait une sorte de per­for­mance con­tem­po­raine spon­tanée. Finale­ment, la sécu­rité est arrivée pour sor­tir Ringer mais le moment était vrai­ment mar­rant.

Kool Shen et Joey Starr étaient seuls sur scène et là, d’un coup, il y a Cather­ine Ringer qui appa­raît et se met à danser et ram­per par terre. Les deux rappeurs se sont regardés et n’ont rien com­pris.”

Au-delà des moments drôles, il y a aus­si eu des instants forts per­mis par la rela­tion entre le groupe et son pub­lic. Les con­certs rassem­blent des gens de tout bord et de tout âge : “Tu avais ceux qui avaient gran­di avec, comme moi, et qui rame­naient leurs enfants aux con­certs. Tout le monde se réu­nis­sait autour d’eux.” L’ex­po­si­tion NTM : Tout ne tient qu’à un fil promet donc de retran­scrire la com­plex­ité et la fougue du mou­ve­ment hip-hop dont Suprême NTM a été l’un des prin­ci­paux piliers.

Toutes les pho­tos sont de Gian­ni Gia­r­dinel­li.
Plus d’in­for­ma­tions ici.

(Vis­ité 2 341 fois)