Tsugi 131 : le moment où la musique a changé leur vie, disponible partout

par Tsugi

Le numéro 131 de Tsu­gi, sur les moments où la musique a changé la vie des artistes, est disponible dès main­tenant en kiosque. Édi­to et som­maire.

Com­ment sera le monde d’après ? À l’instant où, encore con­finé, on écrit ces lignes, nous n’en avons stricte­ment aucune idée. Mais ce qui est cer­tain, c’est que notre secteur va en sor­tir com­plète­ment boulever­sé. Nos prin­ci­paux parte­naires que sont nos ami.e.s les fes­ti­vals, les salles de con­cert ou encore les soirées nav­iguent à vue quant à la reprise de leurs activ­ités. Tous ensem­ble dans la même galère, nous les assurons bien enten­du de notre absolu sou­tien. Ce cli­mat som­bre et ten­du ne doit pour­tant pas nous plonger dans le pes­simisme le plus absolu. Depuis le lance­ment de Tsu­gi, il y aura bien­tôt treize ans, nous avons déjà dû affron­ter la crise finan­cière de 2008, l’effondrement con­jugué de la presse et des ventes de dis­ques, sans oubli­er bien sûr les atten­tats de 2015, et plus récem­ment les gilets jaunes et la grande grève de cet hiv­er. Autant de moments graves et même trag­iques, où notre activ­ité sem­blait bien dérisoire face aux défla­gra­tions sec­ouant notre société. Mais c’est bien dans ces moments-là que la musique affiche toute sa force et son ray­on­nement. Un for­mi­da­ble moteur pour non pas oubli­er les drames à nos portes, mais nous aider à sur­mon­ter les épreuves. On vient d’ailleurs de le con­stater avec le suc­cès incroy­able de notre Mai­son Tsu­gi Fes­ti­val. C’est ce pou­voir qua­si mag­ique que nous avons mis à l’honneur dans ce numéro très spé­cial. Pour plusieurs raisons. D’abord parce que toute l’équipe, que je remer­cie ici chaleureuse­ment, a réus­si la prouesse de le réalis­er à dis­tance dans des con­di­tions loin d’être idéales. Ensuite parce que nous avons voulu ouvrir large­ment nos colonnes à des per­son­nal­ités venues d’horizons les plus divers pour qu’elles nous racon­tent juste­ment la manière dont la musique a changé leur vie, et par­fois même l’a sauvée. Des témoignages tou­jours sen­si­bles et lumineux, sou­vent drôles. À l’image du monde d’après ?

Sommaire

  • Musique et bonnes actions : de nom­breux artistes se sont mobil­isés pour sor­tir des dis­ques car­i­tat­ifs à tra­vers plusieurs com­pi­la­tions.
  • Le Mai­son Tsu­gi Fes­ti­val : deux fois par jours, des artistes se pro­duisent depuis chez eux pour mieux sup­port­er le con­fine­ment.
  • Chouk Bwa & The Angstromers, San Sal­vador, Glauque, Eski­mo… Le futur de la musique est dans Tsu­gi.
  • Un jour, la musique a défini­tive­ment changé leur vie. Lau­rent Gar­nier, Léonie Per­net, Chloé, Ago­ria, mais aus­si Kim Chap­iron, Riad Sat­touf ou Thomas VDB, ils nous racon­tent ce moment mag­ique.
  • La for­mi­da­ble his­toire du label F Com­mu­ni­ca­tions, pio­nnier de la French touch, racon­tée par son créa­teur.
  • Flo­re, fig­ure cen­trale de la scène bass lyon­naise et cer­ti­fiée Able­ton Live, se prête au jeu du blind-test.
  • L’après Par­adis pour Pierre Rousseau : la moitié du duo français sort un long EP solo, Musiques Sans Paroles, dont il nous racon­te la genèse.
  • Les inspi­ra­tions de Chas­sol : jazz, hip-hop, clas­sique, musique de films et lit­téra­ture alle­mande, tout ce qui a nour­ri son nou­v­el album-film Ludi.
  • Enquête sur le nou­veau son house venu d’Afrique du Sud : l’amapi­ano.
  • L’al­bum du mois : Red Axes, du groupe israélien du même nom, et des chroniques sur les dernières sor­ties de Luke Jen­ner, Ghost­po­et, Rone, Han­ni El Kat­ib et bien d’autres.
  • L’his­toire de Thun­der­dome, fes­ti­val et série de com­pi­la­tions de gab­ber hol­landaise, qui prou­ve tou­jours sa devise : “Hard­core will nev­er die !
  • Pour se quit­ter, Malik Djou­di nous racon­te sa folle nuit au Viet­nam, ou com­ment vivre une nuit de folie sans com­pren­dre un mot de ce qu’on nous racon­te.

Tsugi 131, maintenant disponible en kiosque

(Vis­ité 1 557 fois)