Tsugi Daily : les Daft Punks ont de nouveaux sosies en Ukraine, Booba va publier un receuil de ses textes…

Chaque matin, Tsu­gi Dai­ly fait le point sur les petites infos mar­rantes, idiotes ou au con­traire vitales que vous auriez pu louper la veille. A picor­er sans mod­éra­tion !

En manque des Daft ? Taft Plunk tente de vous consoler…

L’usurpa­tion d’i­den­tité a débuté en mai dernier. Vlad Fisun doit jouer un set dans une mine sovié­tique du côté de Kiev pour une soirée affil­iée au fes­ti­val Burn­ing Man. Vladimir Sivash, son DJ-acolyte, ne peut assur­er sa part du job. Vlad décide alors de se pro­duire avec un bénév­ole, et cherche des acces­soires pour sa presta­tion. Deux casques achetés à un arti­san plus tard, le DJ et son bénév­ole mon­tent sur une scène éteinte, avant que les décors inspirés par la scéno des Daft Punk ne s’illuminent. Le prob­lème, c’est qu’après cette soirée, Vlad Fisun est hap­pé par son per­son­nage, et ne s’en défait plus. Il passe l’été à suer sous son cou­vre chef, et demande à son amie pho­tographe Olga Babysh de le pren­dre en pho­to — avec un Vladimir de retour, lui aus­si casqué — au fil de sa nou­velle vie.

Le duo s’aventure même à devin­er ce que joueraient les Daft «s’ils jouaient encore de la musique under­ground». Et vis­i­ble­ment, ça plait, toute miette d’in­fo et de musique liées de près ou de loin aux Daft car­ton­nant sur inter­net. C’est ain­si que nos deux Vlad se sont retrou­vés inter­viewés cette semaine par Mix­mag, livrant par la même occa­sion un petit mix exclusif aux tran­si­tions un poil brouil­lonnes certes, mais aux airs de madeleine de Proust. Prochaine étape, Coachel­la ?

Olga Babysh

Olga Babysh

Olga Babysh

 

Booba va publier un recueil de ses textes

Saint Boo­ba se glisse dans votre bib­lio­thèque. L’oeu­vre romanesque du Duc va bien­tôt être couchée sur papi­er. Un recueil des meilleures punch­lines du rappeur, entre réflex­ions anthro­pologiques et niquage de mères. L’ou­vrage sera tiré à 200 exem­plaires, et 92 seront signés de la main de son auteur. À la manière de Nico­las Hulot, le Duc compte bien éveiller les con­sciences sur le prob­lème écologique : “Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, c’est dû à la chat­te à ta mère, avec l’ef­fet de serre.” Elie Yaf­fa chercherait-il secrète­ment à rem­plac­er François de Rugy au Min­istère de l’En­vi­ron­nement ? Seul l’avenir nous le dira…

 

Theresa May alertée des dangers du Brexit pour la musique anglaise

Le divorce entre l’Europe et la Grande-Bretagne, c’est acté. Et selon le poli­tique Michael Dugher, à la tête de UK Music depuis un an, cela pour­rait con­duire à la mort pro­gres­sive de la musique anglaise. “La fin de la libre cir­cu­la­tion sans déro­ga­tion pour les musi­ciens va sérieuse­ment men­ac­er la crois­sance rapi­de de notre secteur de la musique live, qui rap­porte env­i­ron 1 mil­liard de livres à l’économie du Royaume-Uni, indique-t-il dans une let­tre adressée à There­sa May. Cela va ren­dre les tournées inviv­ables pour les nom­breux artistes qui ont besoin de gag­n­er leur vie, et va don­ner un coup très dur au développe­ment des tal­ents bri­tan­niques à l’étranger.” Cer­taine­ment pas de quoi décourager la Cham­bre des Com­munes de valid­er l’accord sur le Brex­it le 11 décem­bre.

(Vis­ité 556 fois)