Skip to main content
4 juin 2013

Tsugi parie sur… Sega Bodega, l’interview

par rédaction Tsugi

Le producteur de Glasgow, qui marche dans les pas de Rustie et consorts sans oublier de se démarquer, a bien voulu nous donner les clés de sa formule.

Peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Sega Bodega y tienes veintiuno años & ? ? ????? ??? ! (j’ai 22 ans et je fais de la musique, ndlr). J’ai grandi en Irlande, déménageant de ville en ville et ne restant jamais longtemps dans la même maison, avant d’arriver à Glasgow vers 9 ou 10 ans. Là on s’est bien installés, c’était juste ma mère et moi, atmosphère détendue. Je restais dans ma chambre la plupart du temps. Je savais que je voulais faire de la musique avant même de savoir jouer la moindre chose.

 

Qui admirais-tu en grandissant ?

J’étais surtout attiré par les grands joueurs de guitare un peu fous : Randy Rhoads, Jason Becker, Yngwie Malmsteen (des guitaristes de métal, ndlr). Ce genre de trucs.

 

Comment t’es-tu mis à la musique ?

J’avais un programme sur ordi qui s’appelait Guitar Pro et qui permettait de jouer de la guitare sur un morceau choisi en temps réel, sans avoir besoin de scroller avec la souris pour suivre le rythme de la chanson. C’était du midi donc ça sonnait vraiment mal, mais j’ai commencé à adorer ça. Puis je me suis mis à composer un genre de death/black metal symphonique avec ça.

 

Quel est le premier morceau que tu as composé ?

Je crois que ça s’appelait quelque chose comme “Limbless Corpses” (corps démembrés), j’avais 12 ans. Ça déchirait tout.

 

Tu as quitté Glasgow, l’une des villes les plus excitantes en musique électronique, pour Barcelone, pourquoi ?

En fait je suis finalement revenu à Glasgow, depuis novembre 2012. À l’époque j’avais vraiment besoin d’un changement d’environnement, Glasgow commençait à me taper sur le système depuis quelques temps. Au final je n’ai pas trouvé l’herbe plus verte ailleurs, même si Barcelone a constitué une grosse parenthèse de vacances de six mois !

 

Glasgow te place dans un cocon artistique ?

En fait je ne me suis pas vraiment intégré tant que ça à la scène locale, même si depuis quelques années j’ai sorti des morceaux régulièrement et commencé progressivement à attirer un peu d’attention. Mais Glasgow est bien intentionnée avec ses locaux et le sera toujours. Je crois que si tu es assez persistant ici tu finis par arriver où tu veux.

 

La suite ?

Je viens de commencer à faire peu à peu progresser mon live, ça va être un de mes gros objectifs à venir. Et j’ai un EP qui arrive pour l’été, qui devrait être composé de quatre morceaux si tout va bien.

 

Chanson préférée de tous les temps ?

Ça se joue entre “Fuse” d’Hudson Mohawke ou “Notorious Thugs” de Notorious B.I.G.

 

Le morceau que tu écoutes tout le temps en ce moment ?

“Why” de Carly Simon.

 

Le morceau qui n’aurait jamais du exister ?

N’importe quel morceau de brostep.

Visited 16 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply