crédit : Ed Gumuchian

Tsugi Podcast 596 : Eliott Litrowski

Fort de sa col­lab­o­ra­tion avec Vois­ki sur un track en sou­tien au club berli­nois Palo­ma il y a deux mois, Eliott Litrows­ki revient aujour­d’hui avec un tout nou­veau pod­cast pour Tsu­gi. Un mix aux accents house, elec­tron­i­ca, tech­no et new wave. 

Révélé sous l’égide du label Crac­ki Records, Eliott Litrows­ki, (fon­da­teur de Fuego Inter­na­tion­al avec Christophe Amor alias Krij­ka) nav­igue entre les gen­res. Ses tran­si­tions entre ita­lo dis­co, new wave ou house plaisent et s’in­scrivent par­faite­ment avec ce que défend le label. Après deux sor­ties récentes sur Per­ma­nent Vaca­tion (« Spray » sur Per­ma­nent Vaca­tion 6) et sur Bor­del­lo A Pari­gi (« The Lit­tle Opti­mist » sur la Var­i­ous Artists Dia­monds In The Night Vol. 1), c’est avec Vois­ki qu’il s’as­so­cie le 5 juin dernier. Les deux com­pères sor­tent «Espace Supertem­porel », de Palo­ma Vs. Virus 003, com­pi­la­tion de 23 tracks qui sonne comme un coup de pouce pour le petit club berli­nois, qui tente tant bien que mal de sur­vivre en ces temps dif­fi­ciles. Aujour­d’hui, il signe le Pod­cast 596 pour Tsu­gi, et nous racon­te son expéri­ence danoise, son impres­sion sur l’i­ta­lo dis­co, et ce qu’il a en tête pour l’avenir.

Tu aimes jouer dis­co et ita­lo mais ici, ton mix sem­ble moins implan­té dans cette veine. Dans quelle idée l’as-tu con­stru­it ?

J’aime con­stam­ment mélanger les styles et ici je pose de l’elec­tro, de la house, un peu de tech­no, puis je finis sur de la new wave. J’ai essayé de jouer comme lorsque je me pro­duis en out­door. En ce moment, pour faire danser les gens, c’est com­pliqué et je suis moins porté vers le dis­co et l’i­ta­lo ces derniers temps, j’écoute plus d’électro. Il y a un peu de sum­mer quand même dans ce mix et aus­si un peu de win­ter parce que la ren­trée arrive vite. On va dire que je suis en mode tran­si­tion (rires).

En ce moment tu es à Copen­h­ague, com­ment se porte la scène élec­tron­ique là-bas ? Tu arrives à t’y iden­ti­fi­er ?

Elle est 140, 150 bpm ! (rires). C’est une petite ville mais il y énor­mé­ment de bons artistes. La scène tech­no et trance est hyper présente et très recon­nue dans le monde entier, après, côté élec­tro, c’est un peu moins dévelop­pé et davan­tage de niche avec des artistes comme Sol­id Blake par exem­ple. Pour les infra­struc­tures, on n’a pas énor­mé­ment de lieux pour accueil­lir dif­férents types de soirées. Il y a deux clubs qui marchent bien ici : le Jolene Bar et le Ved Siden Af. Il y a, en revanche, plein de ware­hous­es, et d’open-airs, notam­ment en forêt. Je me pro­duis plus en dehors de Copen­h­ague, mais j’ai pas mal joué au Jolene (disco/house) ain­si qu’au Ved Siden Af qui est plus ori­en­té tech­no sur le papi­er, mais c’est comme partout, le mélange de sonorités est appré­cié au con­traire. J’y ai déjà mixé élec­tro, house et ita­lo, fait des clos­ing de 5 à 10 heures et joué avec Vois­ki en back to back.

Juste­ment, à pro­pos de l’i­ta­lo dis­co, on observe un retour en force depuis quelques années, d’où vient ce retour selon toi ?

Ça vient pas mal de la mou­vance de la Hague en Hol­lande (Mixed Up In The Hague vol.1 d’Inter­galac­tic FM sor­ti en 2000 a grande­ment par­ticipé à la démoc­ra­ti­sa­tion de l’i­ta­lo dis­co en Europe), qui a ren­du le genre plus pop­u­laire qu’il ne l’a été autre­fois en Ital­ie. Cela en grande par­tie grâce à la radio Inter­galac­tic FM qui a tou­jours joué ita­lo et élec­tro et c’est à ce moment là où il y a eu de l’intérêt et que ça a «pété ». Les gens se sont ren­dus compte que tous les bons dis­ques d’italo n’é­taient plus en Ital­ie mais en Hol­lande. L’i­ta­lo est un genre par­ti­c­uli­er : 70 % des dis­ques sont merdiques, les 30 restants sont extra­or­di­naires. Je me pose aus­si une ques­tion : est-ce que c’est cool de jouer unique­ment de l’italo en soirée ? Les musiques d’aujourd’hui sont des cou­tures, et c’est ce qui est chou­ette, c’est impor­tant d’avoir des artistes qui arrivent à expéri­menter cela.

Quels sont tes pro­jets pour la suite ?

Déjà, il y a eu quelques bonnes sor­ties cette année sur Per­ma­nent Vaca­tion et sur Bor­del­lo A Pari­gi. Puis il y a eu les morceaux avec Vois­ki, on était con­tent de celui pour Palo­ma qui est un bon mélange de nos deux univers, donc on va essay­er de penser à un pro­jet com­mun. J’ai aus­si un EP qui va sor­tir, peut-être en fin d’année mais on y réflé­chit car avec la sit­u­a­tion actuelle, je me demande si ce n’est pas un peu tôt.

(Vis­ité 378 fois)