©Braylen Dion

đź’­ Un album, un film, un livre : les inspirations de Serpentwithfeet

L’envoûtant Josi­ah Wise, alias ser­pen­twith­feet, pour­suit sur son deux­ième album Dea­con son explo­ration de la palette des sen­ti­ments humains. Amour, tristesse, joie ou mal­adresse se suc­cè­dent ain­si dans des com­po­si­tions tein­tées de R&B et de gospel, dont le New-Yorkais dévoile ici les prin­ci­pales influ­ences et inspirations.

Arti­cle issu du Tsu­gi 141 : 18 ans d’Ed Banger, en kiosque et en ligne.

 

  • Son album
    Björk, Homogenic (ONE LITTLE INDIAN, 1997)

J’ai tou­jours été fasciné par les arrange­ments de cordes de cet album. Tout sem­ble si grand. Des morceaux comme « Hunter » et « Jóga », sont incroy­ables. Puis il y a « Unrav­el » qui a tout pour moi de la chan­son par­faite… et roman­tique. Homogenic résonne en moi comme une œuvre pleine de con­fi­ance, de courage et d’audace. Tout ce qui peut m’inspirer.

 

  • Son film
    La Couleur pour­pre de Steven Spiel­berg (1985)

Ce film réal­isé par Steven Spiel­berg, adap­té du roman d’Alice Walk­er, est sor­ti en 1985. J’adore y voir Whoopi Gold­berg et sa con­fi­ance en elle. C’est assuré­ment un film qui remue, mais je le con­sid­ère comme essen­tiel pour son his­toire mag­nifique et la beauté des per­son­nages. Je pense que je con­tin­uerai toute ma vie à l’adorer et à le revoir souvent.

 

  • Son livreSerpentwithfeet
    Yrsa Daley-Ward, Bone

Il s’agit d’un recueil de poésie. Il a changé ma manière d’écrire sur l’amour, et aus­si celle de penser à l’amour. Il sig­ni­fie beau­coup pour moi. J’aime vrai­ment les choses qui nous aident à nous sen­tir bien dans notre peau, et à nous aimer d’abord… Ça m’a tou­jours touché.

 

  • Son dernier disque
    DEACON (SECRETLY CANADIAN/PIAS)

Dea­con Ă©voque la sat­is­fac­tion que je ressens lorsque je ne me prends pas la tĂŞte. Je pense que cet album racon­te la manière dont la vie peut par­fois ĂŞtre rem­plie de joies sim­ples. Comme de pass­er du temps avec mes amis, ou avec mon parte­naire. J’ai vrai­ment essayĂ© d’exprimer ma grat­i­tude, et de mon­tr­er que je suis bĂ©ni pour tous ces moments. Je pense qu’apprĂ©cier la sim­plic­itĂ©, c’est aus­si voir la vie sous un jour meilleur. Voir un oiseau vol­er, sen­tir le vent souf­fler et se sou­venir de toutes ces petites joies Ă  la fin de la journĂ©e vous aide Ă  vous sen­tir vivant. Intro­duire la sim­plic­itĂ© dans mon tra­vail, c’est quelque chose que j’essaie de faire depuis longtemps, j’ai sen­ti que c’était le bon moment. Ça me ressem­ble, et je voulais la met­tre en chan­son. Si je devais choisir un morceau de cet album ce serait sĂ»re­ment «Hyacinth», pour lequel je pen­sais Ă  une fleur qui se trans­forme en homme, en amant. Ă€ quel point cela pourrait-il ĂŞtre beau! Ma fleur prĂ©fĂ©rĂ©e est la jacinthe, je me suis un jour dit en regar­dant une: «Si tu Ă©tais un homme, tu pour­rais vrai­ment ĂŞtre un bon gars.»

❏

Retrouvez plus d’articles dans le Tsugi 141 Ed Banger, toujours disponible en kiosque et Ă  la commande en ligne

(Vis­itĂ© 168 fois)