Extrait du documentaire "Insta DJ : Social Media and the New Age Dancefloor"

Docu : Carl Cox, Annie Mac et bien d’autres parlent de l’influence des réseaux sociaux sur la culture club

Le 9 octo­bre parais­sait un doc­u­men­taire mis en ligne par Pio­neerIns­ta DJ : Social Media and the New Age Dance­floor est un film de 40 min­utes qui ques­tionne sur les réseaux soci­aux — surtout Insta­gram en l’oc­cur­rence — et leur impact sur la cul­ture club. Des acteurs de la musique élec­tron­ique y ont par­ticipé, ain­si que d’autres pro­fes­sion­nels (psy­cho­logue, con­seil­lère spé­cial­isée dans la san­té men­tale et l’im­age de soi).

Ceux-ci met­tent en avant cer­tains côtés posi­tifs de cette tech­nolo­gie, surtout vis à vis de la décou­verte de nou­veaux artistes. Par exem­ple, Amélie Lens et Char­lotte de Witte on vu leur pop­u­lar­ité mon­ter d’un coup grâce aux médias soci­aux, et sont main­tenant en tête d’af­fiche des plus gross­es soirées et fes­ti­vals du monde de la musique élec­tron­ique.

Mais les points négat­ifs restent beau­coup plus nom­breux. La DJ Annie Mac va jusqu’à dire que ces tech­nolo­gies peu­vent être “tox­iques voire mortelles”. Par ailleurs, elle explique être impor­tunée par les télé­phones et les flashs pointées sur elle lors de ses per­for­mances. De son côté, Carl Cox, dénonce les réseaux soci­aux comme moteurs de sor­tie, juste pour se mon­tr­er s’a­mu­sant sur le dance­floor. “Dès que vous décrochez de votre télé­phone, vous perdez tout. Vous perdez l’essence de la rai­son pour laque­lle vous êtes là”, dit-il. Pour le doc­u­men­taire, le pro­duc­teur Dan­ny Howard a fait l’ex­péri­ence de se couper des médias soci­aux pen­dant une semaine, alors qu’il voy­age et donne des shows qu’il voudrait partager à son entourage et sa com­mu­nauté. Il souhaite “se ren­dre compte jusqu’où va l’ad­dic­tion”. Résul­tat ? Le défi était dif­fi­cile car, comme il l’ex­plique, c’é­tait comme si on le pri­vait d’une par­tie de son corps — un peu comme si son télé­phone était le pro­longe­ment de sa pro­pre main. Mais ce fût finale­ment une belle expéri­ence. Il dit avoir vu les choses d’une autre manière, et s’être sen­ti plus ouvert à l’échange.

C’est une prob­lé­ma­tique actuelle que Pio­neer a décidé d’ex­plor­er dans de ce film. Aujour­d’hui, de plus en plus de soirées et fes­ti­vals inter­dis­ent l’u­til­i­sa­tion des télé­phones pour que les usagers prof­i­tent à fond. Comme au bon vieux temps !

Le doc­u­men­taire est à décou­vrir en entier juste ici.

(Vis­ité 432 fois)